chez Paolo…

1157

Ce que j’aime à Milan, c’est qu’en marge des bars uniformisés tentant en vain de recréer une ambiance lounge à grand renfort d’inconfortables canapés zébrés et de buffets d’olives et de platrées de pâtes rancies, on trouve aussi des endroits atypiques où s’abreuver dans d’étonnants décors pas nécessairemnent de bon goût mais à l’indéniable personnalité… Le numéro 1 de ces endroits est selon moi cette petite barraque à l’éclairage rouge plantée sur Piazza Mentana sous les marroniers, au beau milieu du pompeux quartier Sant Ambrogio… Un bar d’extérieur qui s’est un temps appelé « le smoothies », avant de devenir « le mentana’s », puis de retomber dans l’anonymat, étant de toute façon de l’avis général, « chez Paolo », du nom du personnage à l’oeuvre derrière le bar…

Un personnage qui donne toute sa saveur aux soirées qui s’y déroulent, l’ambiance dépendant en grande partie de son humeur, qu’il a par ailleurs changeante… Paolo est sarde, à la fois homme des rues, promeneur infatigable, et mélomane gourmet… Toujours vétu avec élégance, mais dans des camaieus de couleurs qui défient parfois les lois de l’optique, il tire orgueil du raffinement des tartines qu’il propose à ses clients, et de la fraîcheur de la menthe utilisée pour faire le mojito… Râleur hors norme, il anime les brindisi de ses tirades contre les milanais, les touristes américains qui l’interpellent d’un hi, les hommes politiques, la mondialisation et les gens qu’impressionne le terrifiant fromage qu’il se fait réguliérement amener de Corse…

Ce bar n’est pas qu’un bar, c’est un peu une communauté d’idées… La carte y est d’ailleurs réduite, tout le monde y boit un peu la même chose, à part cet excentrique presque toujours présent qui semble vivre de champagne et de cacahuètes… En été, on se délecte d’un spritz, d’un negroni ou d’une caipiroska, et en hiver, on se love sous un plaid à carreaux en faisant tourner entre ses doigts une tasse de vin chaud maison… La déco est d’un kitsch achevé (dont je n’ai jamais pu distingué s’il était voulu ou non), les lierres en plastique cotoient les néons, les tabourets ikea les lanternes indiennes…

Mais qu’importe, la meilleure place est au bar, adossé à la Porsche ou autre redoutable mécanique d’un résident du quartier, pour profiter des conversations des habitués qui, tout d’abord méfiants, sont rapidement ravis de voir de nouveaux venus se prendre d’affection pour l’endroit… Et peu à peu on devient habitué soi-même, on apprend à (re)connaitre les clients et les codes de l’endroit, à se défier des tartines les plus piquantes, à entretenir les conversations qui durent depuis toujours, et à se réjouir de l’arrivée de quelque touriste qui va immanquablement demander, qui l’adresse d’un restaurant, qui où trouver des tickets de tram, déclanchant immanquablement en un spectacle attendu la colère mi-réelle mi-feinte du maitre des lieux…

Chez Paolo. Piazza Mentana. Milano

Edit: Après des travaux de rénovation, le bar de Paolo est de nouveau ouvert!!! (avec toujours des néons rouges et une déco kitschissime!)

2 juin 2011
share on facebook


3 Comments to chez Paolo…

  1. Ca me rappelle l’époque de « chez Lucien » hélas personnage décédé.
    Vive ces lieux non aseptisés !

  2. heidi on 2 juin 2011
  3. @heidi: c’était qui ce Lucien?

  4. flou on 2 juin 2011
  5. Tout à fait le genre d’endroit que j’affectionne, curieux, en dehors des sentiers battus mais très attachant.
    Le maître des lieux à l’air d’un personnage, ce qui doit rendre, comme tu le dis si bien, l’endroit encore plus savoureux 🙂
    Merci pour l’adresse !

  6. Mnêmosunê on 2 juin 2011

Leave a comment