Christiane, Simone et Katherine…

IMG_0762

En ce jour des femmes, rien noté de particulier, si ce n’est que j’ai vu le Mec enfiler mes gants mappa roses pour laver par terre… puis, comme j’ai travaillé toute la journée chez moi, j’ai échappé au ballet des vendeurs de mimosas ambulants… et ce soir, j’ai bu l’apéro chez le géant ferronnier pour qui la notion de journée de la femme est sans doute fort obscure… lui qui a décidé, sans contestation possible, que sa femme (enceinte) était porteuse d’un garçon, qui sera bati comme son père et se verra baptisé, encore une fois sans contestation possible de la part de sa tendre moitié, Massimo Decimo Meridio (oui, vous avez bien lu…)Aussi, pour recentrer un peu le débat, et tenter de l’élever dans des sphères plus littéraires que télégéniques (t’as vu comme je parle bien dis), je me suis mise à fouiller dans ma bibliothèque mon tas de livre à la recherche de quelques histoires féminines vallant la peine que je les promeuve (=Première personne du singulier du présent du subjonctif du verb promouvoir)… Déjà, je me rends compte que la parité n’est absolument pas respectée… presque pas d’auteurs féminins… mais au moins, que des bons! J’en ai choisi trois…

-pour ceux et celles qui ont aimé les liaisons dangereuses de Laclos, au point de se demander ce qu’il advient ensuite de la redoutable séductrice Mme de Merteuil, humiliée et défigurée par la petite vérole… « l’hiver de beauté » de Christiane Baroche reprend l’histoire de Laclos là où elle s’est interrompue, lui mélant celle de Queria, personnage féminin du XXème siècle également mutilé… deux histoires de femmes en proie à la notion de beauté et de regard sur soi… un joli livre, très féminin, dans ce que la féminité comporte aussi de cruel…

-« la femme rompue » de Simone de Beauvoir… un très beau livre, merveilleusement écrit, d’une incroyablejustesse, d’une indiscible tristesse aussi, 3 nouvelles mais en réalité trois chapitres d’une histoire de femmes, la dernière étant terrifiante de justesse, un livre à mettre entre toutes les mains de filles, vous allez sans doute pleurer mais c’est pour votre bien!

-et le dernier, « moi d’abord » de Katherine Pancol, dont j’ai achevé la lecture hier soir, drolement bien écrit aussi, et qui m’a drolement plu… avec un thème similaire à celui de Simone de Beauvoir, la tristesse en moins… et, non pas une histoire de femmes, mais des histoires de femmes, la mère, la fille et l’amie, trois manières de vivre le statut de liberté, de couple, d’appartenance et de renoncement, trois façons d’envisager la vie de femme…

et maintrenant je vous laisse, je vais regarder Rocky

8 mars 2010
share on facebook


No comments yet.

Leave a comment