Des amandes, des spätzle et un hamburger gris…

IMG_8196

Je vous avais promis de parler des autres intervenants qui ont participé comme moi aux événements culinaires organisés par Essen pour Appartamento Lago… (comment ça j’avais dis demain?). En réalité je n’ai pas tout vu, et ne pourrai parler vraiment que des performances auxquelles j’ai moi-même assité… Au menu, des concepts plus ou moins tirés par les cheveux, certains même dont l’intitulé m’avait tout d’abord fait sourire… mais au final, tout était bon, donc validé gustativement parlant, au-delà des appellations ronflantes et des idées saugrenues…

Tandis que le chef Andrea Vigna s’affairait à mettre en valeur les produits de la semaine (fromage, viande ou pates) (jusque là tout va bien), Irene Pollini Giolai s’échinait à préparer des confitures, pancakes, cheesecakes salés et autres spätzle dans le but d’assortir les plats à ses tenues vestimentaires, Carlo Gibertini injectait des saveurs de chocolat blanc dans des fruits exotiques et des extraits de cardamone dans des patates douces, et Marcella Foschi servait un menu de fastfood (hamburger et soda) entiérement teinté de gris, pour ouvrir le débat sur la perception visuelle et l’appétit, et sur les colorants artificiels trop souvent utilisés pour stimuler celui-ci…

D’autres intervenants sont venus s’ajouter à cela, et si j’ai manqué la participation d’Olivia Decaris à base d’oeuf en chocolat lumineux, je n’aurais raté sous aucun pretexte la performance d’Agathe Bouvachon et Magali Wehrung qui nous ont concocté des mottes de beurres précieux, tricolores et trigoûts (basilic, parmesan, paprika pour la version salée, cannelle, baies rouges et orange pour la version sucrée), à étaler comme une palette colorées sur des tartines de pain

Au final, de quoi être étonné, séduit ou rassasié, entre deux meringues colorées distribuées dans le couloir et le cocktail vodka-cuberdons préparé vendredi soir… (Quelqu’un a dit diète? Vous voulez rire?)

28 avril 2012
share on facebook


2 Comments to Des amandes, des spätzle et un hamburger gris…

  1. Miom!
    Ca devait sentir bon dans les locaux!

  2. Lilith on 28 avril 2012
  3. @Lilith: oui sauf qu’honnétement, le four était tellement performant (un truc de malade avec au moins 40 fonctions combinables!) qu’il ne laissait rien passer des odeurs de cuisson! j’ai du finir la cuisson de mon pain porte ouverte pour en faire profiter les visiteurs!

  4. flou on 1 mai 2012

Leave a comment