des chemises blanches au rugby…

49746923

nous avions un moment pensé passer le week-end hors de Milan… se balader près d’un lac, visiter une autre ville… et puis finalement, nous sommes restés… résumé d’un week-end milanais, typique ou pas…

l’anniversaire de Dario vendredi soir tout d’abord, ou comment j’ai découvert que l’un de mes amis est un maniaque (comment vous appelez ça vous, un type dont la penderie ne contient que des chemises blanches, des pantalons beige et des mocassins Tod’s?), comment j’ai découvert que cet ami est également l’heureux proprietaire de la plus petite cafetière du monde… (pour 9 personnes je dois avouer que c’était un peu juste)

samedi un tour sur le marché à la recherche de renoncules et d’aubergines, une ballade en ville, la visite de la bibliothèque Sormani et d’une expo présentant des dessins de Chagall illustrant des textes de Gogol, la tournée des show-rooms de design de via Durini et un détour chez Paolo qui fait les meilleurs cocktails de la ville (et aussi les meilleures tartines piquantes) dans son bar d’extérieur (mais avec distribution de couvertures pour les frileux), refuge milanais de ceux qui fuient les soirées où la paillette est de rigueur…

dimanche je suis sortie avec en tete l’idée d’aller faire un tour dans le quartier chinois voir si l’esprit de fete rodait encore… mais je me suis laissée distraire en route par la patisserie Fugazza, autre refuge milanais, où l’excellent café est servi par la serenissime giovanna, 80 ans, et son vieux garçon de fils à l’age indéfinissable, tandis que le zio, lui aussi à l’age indéfini, presse les oranges et enfourne les brioches. Un service comme on n’en fait plus (surtout à Milan), un privilège de lenteur à ne s’accorder que le dimanche… j’en ai profité pour vous faire une photo des fameuses chiacchere, orgueil de la maison (au meme titre que les bigne à la patate, le panettone, les pralines et la tarte poire-chocolat)…

Ensuite, reprenant le chemin de la zone chinoise, une nouvelle interruption, une fete foraine impromptue! Si! Du coup, entre courses de petits chevaux et barbe à papa…

Et puis, un peu plus loin, le coup de grace au nouvel an chinois, une partie de rugby sur mon chemin… des mecs qui courent! autant vous dire, je n’y connais absolument rien… bilan des courses, après deux heures de mélées, chutes, essais, bagarres, arbitre hué, blessés remplacés et mi-temps au son de la cornemuse, Milan bat Udine 18 à 15… me voilà congelée dans les tribunes… et fan de rugby!

en plus, pensant sans doute aux piètres supporters comme moi, quelqu’un a abandonné à sa place un feuillet explicatif des règles de base… de quoi etre incollable lors de la prochaine rencontre!

14 février 2010
share on facebook


No comments yet.

Leave a comment