des livres en août…

IMG_4452

Après deux semaines d’intenses aventures en France (je vous raconte plus tard) (si), me revoilà sur le sol milanais encore un peu désert (vous avez dit crise?) mais néanmoins fidèle à lui-même, c’est à dire en bitume fondu par la chaleur dans lequel s’engluent les moustiques… Comme d’habitude on reprend avec un compte-rendu des lectures de l’été… Avec au menu des habitués, quelques petits nouveaux, du roman italien en veux-tu en voilà, de belles découvertes et quelques déceptions…

-On commence avec Graziella de Lamartine, une jolie découverte… Qu’il faisait bon sur les plages de Liguria, à se dorer l’échine en entendant chanter Naples, Ischia et Procida, à sécher en lisant les tempêtes dans le Golfe, et à déguster quelques anchois en révant à la suite du récit de la vie des pêcheurs sur la côte… Une histoire qui ne paye pas de mine mais une écriture fluide et rapide qui exalte les charmes d’une Italie en partie fantasmée, ou pour le moins idéalisée dans l’esprit du poète amoureux…

-Changement de rythme avec La mort heureuse d’Albert Camus… Mon premier auteur préféré, trop vite lu, consommé, consumé même, que je regrette aujourd’hui de ne pas avoir plus économisé… (d’où ma lenteur pour découvrir aujourd’hui l’oeuvre de mes nouveaux favoris). Ce livre-ci, c’est drôle, est l’un des deux qui m’aient échappé, mais le premier en date de l’auteur, écrit avant L’étranger et jamais terminé… Avec bien entendu, un bonheur sans nom à retrouver ce ton, ce rythme écrasé par la chaleur algérienne, ces mots simples et pourtant si aboutis, et ce personnage d’homme si dur, à la fois énorme et insignifiant.

-En habitué du blog, il en faut pas mal à Georges Simenon pour m’impressionner désormais! Du coup, L’énigme de la Marie-Galante ne me laisse à l’issue des vacances qu’un pâle souvenir… Une histoire de famille sur fond de port de pêche, la routine en somme… Une routine un peu bousculée à la lecture d’un autre opus de l’auteur: Le train (mais quel choix hasardeux, vous voilà sans aucun doute ébaubis…), une traversée de la France sur rail à bord d’un wagon à bestiaux, un exode pour fuir l’approche des allemands en 39, un voyage qui est à la fois une fuite et une escapade hors du temps et de la réalité…

-Nous revoici en Italie (à contre-sens presque, puisque j’ai lu ce livre dans le train me ramenant en France) avec J’ai vécu mille ans de Mariolina Venezia, l’histoire des femmes d’une même famille à Grottole en Basilicata de 1861 à 1989. Une sorte d’histoire de l’Italie au féminin, d’un obscurantisme rudimentaire à une libération qui est un tel décalage qu’elle en devient traumatisme… Le livre ne pouvait que me plaire, je l’ai su dès les premières lignes: « Certains jours, il soufflait un vent coloré qui agitait la poussière, et tout se mettait à lever comme la pâte à pain sous la couverture ». C’est beau et c’est un ode aux épouses, aux mères, aux soeurs et aux idéalistes de tout temps…

-Changement de registre avec l’humour grinçant de David Sedaris dans N’éxagérons rien… des histoires vraies qui semblent des contes loufoques, des observations inutiles mais tellement indispensables sur les gens, des anecdotes insensées et pourtant vécues… C’est simple, ce type semble n’avoir aucun amour propre… De son expérience de lutin du père Noël dans un centre commercial à son laborieux apprentissage de la langue française (premier mot retenu: bouchon) en passant par une croyance vite démentie en son QI surdéveloppé…

-On passe à du moins bon, avec No et moi de Delphine de Vigan… Pas non plus franchement mauvais, mais disons que si l’éditeur avait précisé « à partir de 10 ans » sur la couverture, ça m’aurait évité de perdre mon temps…

-Retour à un auteur italien, avec ici aussi un auteur habitué, Sang sang d’Alessandro Baricco. Un beau livre, à la fois terrible et porteur d’une certaine douceur… Cet auteur m’impressionne par la variété des sujets qu’il aborde à chaque livre, par un ton jamais pareil mais toujours juste, et par la densité qu’il sait mettre dans un nombre si restreint de pages… (du coup je ne vous en dis pas plus, sinon il me faudrait raconter…)

-Et puis l’inégalable Dino Buzzati avec un nouveau recueil de récits, en ce moment précis, bribes extraites de ces carnets dont les éditeurs semblent friands pour nous faire du neuf avec du vieux, de l’inédit avec de l’intime… Des textes qui sont les prémices de ceux qui seront par la suite publiés, mais sous leur forme plus immédiate, moins retravaillée par l’allégorie ou la narration, et sous lesquels transpirent les angoisses de l’auteur, la mort, la fin en général et cette incompréhension du monde sur laquelle les choses souvent se finissent…

31 août 2011
share on facebook


18 Comments to des livres en août…

  1. j’ai très envie de lire n’exagérons rien pour rire un peu en fait )

  2. chocoladdict on 31 août 2011
  3. J’ai no et moi dans ma pile à lire, du coup, je suis moins enthousiaste d’un coup!!

  4. Ines on 31 août 2011
  5. @Ines: ce n’est pas qu’il soit mauvais ou mal écrit, c’est juste qu’il est, hum, un peu simplet 😀

  6. flou on 31 août 2011
  7. Je note J’ai vécu mille ans !

  8. Delphine on 31 août 2011
  9. Pffffff, je n’en ai lu aucun une fois encore !
    Mais comment fais-tu pour lire autant et de façon si diversifiée ?

  10. La Papote on 31 août 2011
  11. @La Papote: hum, pas mal d’heures de train + pas mal d’heures à la plage = le tour est joué! 😉

  12. flou on 31 août 2011
  13. J’ai un des livres dans ma bibliothèque : « J’ai vécu mille ans ». J’ai gagné ce livre dans un concours au salon du livre « Lire en poche » à Gradignan (qui a lieu le premier week-end d’octobre près de Bordeaux)mais je ne l’ai pas encore lu. Tu m’incites à le sortir des rayonnages et à le lire… Merci !

  14. Marianne on 31 août 2011
  15. @Marianne: c’est drole parce que j’ai mis bien 1 an à me décider à l’acheter, à chaque fois je le voyais mais finissais par lui préférer un autre livre… la couverture sans doute n’est pas très inspirante…

  16. flou on 31 août 2011
  17. J’adore la plupart des romans de Dino Buzatti , je ne connaissais pas celui ci … je vais surement me laisser tenter !

  18. Isa on 31 août 2011
  19. Ah, y’a du livre tentant là !
    Bon faut d’abord que je vide un peu ma pile, mais le 1er, le 4ème et le dernier me tentent particulièrement 🙂

  20. Mnêmosunê on 31 août 2011
  21. merci pour ce post =))

  22. casquette on 2 septembre 2011
  23. J’ai vu « No et moi au ciné », mais n’ai lu aucun de ces romans… Ceci étant, je constate que toi aussi tu profites de l’été pour te plonger dans des « classiques »!

  24. Lilith on 2 septembre 2011
  25. Je n’ai vraiment pas accroché à l’humour de Sedaris. Pourtant en général, je suis assez réceptive, mais là non… Tu en as déjà lu un autre de lui ?

  26. tulisquoi on 3 septembre 2011
  27. @tulisquoi: le meilleur selon moi: « habillées pour l’hiver » (je me souviens avoir is aux larmes, c’est dire!) mais je connais des tas de gens qui n’accrochent pas, du coup ton commentaire ne me surprend pas trop… l’humour c’est vraiment un truc bizarre, lui est moi on doit avoir le meme humour pourri!

  28. flou on 3 septembre 2011
  29. 😉 Ok, je note. Je le prendrai chez un bouquiniste, juste au cas où…

  30. tulisquoi on 4 septembre 2011
  31. Flou, as-tu lu « Venir au monde » de Margaret Mazzantini ?
    Il faut le lire, c’est un ordre 🙂 🙂 🙂
    Une merveille !

  32. Nilufer on 16 septembre 2011
  33. @Nilufer: pas encore, mais je note! (à vos ordres chef!)

  34. flou on 17 septembre 2011
  35. no et moi c un livre génial a lire a toute age^^
    une belle histoire a devorer

  36. rozenn on 29 septembre 2013

Leave a comment