des sapins, des baleines et du sirop pour la toux…

58733353

comme je suis au lit pour cause de bronchite aigue, j’en profite pour avancer dans les aventures du capitaine Achab à la poursuite de Moby Dick… enfin, à la page 583, on a toujours pas vu la fameuse baleine… par contre on sait tout des cordages, des différentes représentations du cachalot dans l’histoire de la peinture, du cabestan, du dépeçage de la baleine, des différentes sortes de harpons, de chaudières… dès que je suis guérie je peux postuler pour faire harponneur… (beeerk… et si en plus je vous dit que les baleineaux, n’ayant pas encore acquis l’instinct de fuite devant l’homme, viennent jouer et se faire carresser la tete par les rameurs des baleinières…) enfin, elle devrait bien finir par apparaitre, cette foutue baleine blanche… (déjà qu’on a attendu 384 pages avant que l’équipage n’aperçoive la première grise… ça promet…) je commence à soupçonner un dénouement en queue de poisson (hu hu) du genre « et ils découvrirent que la fameuse baleine n’existait en réalité que dans leur imagination, que c’était le monstre de ruse tapi en chacun d’eux, et la cristallisation dans leurs esprits atteints de scorbut des périls de la mer »… (ça y est, la fièvre me reprend je crois bien)

celà dit, on aura quand meme appris un truc très utile, les deux règles qui régissent la vie de l’équipage des baleiniers, (énoncées dans un langage un peu primitif, mais toutefois fort compréhensible, de marin)
-I un poisson attaché appartient au harpon attaché à lui
-II un poisson perdu appartient à qui l’attrape le plus vite
(et je vous prierai de ne pas discuter la légitimité de ces deux règles, y’a au moins deux chapitres qui attestent de leur justesse)

Voilà, il nous reste 147 pages pour espérer voir une baleine blanche, le temps d’aller mieux j’espère grace à de fabuleuses potions…

En attendant la suite, quelques images du Christams Village, haut lieu de la bougie dorée et du sapin artificiel… (un peu moins de trucs kitsch cette année, on revient aux traditionnels rouge et vert, aux écorces enneigées et aux rennes… celà dit, cet endroit devient insupportable, il y a plus de vendeurs que de clients (des fois que vous chipiez un santon ou que vous tentiez de camoufler un sapin de 2,20m de haut sous votre jaquette…) mais ils ont un fabuleux village de Noel miniature animé qui serait du plus bel effet sur le bord de ma cheminée…)

6 novembre 2010
share on facebook


No comments yet.

Leave a comment