Entretien avec Silvia, graphic designer et carioca!

ciao

Aujourd’hui, ambiance brésilienne avec Silvia Rappini, originaire de Rio de Janeiro, graphiste à Milan depuis 15 ans. Après des expériences chez Elle Decor Italia et Vogue Italia, elle est depuis 2011 directrice artistique pour le studio Cento per Cento et s’apprète aujourd’hui à voler de ses propres ailes avec la création de Comunicazione Carioca, un collectif de créatifs d’origine brésilienne. Elle nous parle de sa ville d’adoption et de ce qui fait son charme, loin de l’ombre du Corcovado!

Pourquoi avoir quitté le Brésil? Et pourquoi avoir choisi Milan?

J’avais besoin de changer d’air pour des raisons personnelles, et j’ai choisi l’Italie parce que, mes parents étant italiens, je maitrisais déjà la langue. Et Milan s’est imposée parce que, dans mon secteur professionnel, c’était la destination italienne la plus adaptée!

Que penses-tu de Milan? Tu es ici depuis 15 ans, qu’est ce qui te plait tant ici?

Milan m’a beaucoup apporté et, d’une certaine manière, elle continue à le faire. Ce n’est pas une ville facile, les gens sont assez fermés, contrairement aux brésiliens, plus précisément à Rio, où ils sont plus spontanés et ont des attitudes plus simples, plus ouvertes. Disons que ça a contribué à équilibrer ma façon d’être, à tempérer ma spontanéité d’un peu de retenue, ce qui aide toujours dans certaines situations!

Sinon, j’aime me déplacer en vélo, et Milan se prète bien à ce type de transport, même s’il n’y a pas beaucoup de pistes cyclables. C’est une petite ville et on la traverse facilement, bien plus que Rio de Janeiro! Et puis j’aime le Salone del Mobile et le mouvement qu’il y a autour, même si à présent certaines zones ont un peu perdu leur identité pour devenir des sortes de fêtes de village… Et puis bien sûr, j’aime la cotoletta alla milanese, les aperitivi, le Duomo

brésil à milan

Au contraire qu’est ce qui te déplait ici? (mais visiblement pas assez pour te faire fuir!)

Je n’aime pas les films doublés (ce n’est pas seulement à Milan, mais dans toute l’Italie je crois), le peu d’espaces verts, la trop grande rigidité de certaines personnes, et surtout les moustiques! Je n’en ai jamais vu autant qu’à Milan!

Qu’est ce qui te manque du Brésil? Qu’est ce qui mériterait selon toi d’être importé à Milan?

La spontaneité des gens, les supers jus de fruit de chez Bibi Sucos avec tous les types de fruits du Brésil, l’eau de coco verte, la papaye au petit déjeuner, et de temps en temps la coxinha di galinha (sorte de beignets de poulet) et les empadinha de camarao (sortes de tourtes à la crevette) de la Confeitaria Colombo. Et puis j’importerais volontiers un bar comme le Bracarense!

Et inversement, qu’est ce qui mériterait d’être « exporté » de l’Italie au Brésil?

Probablement l’attention à la qualité du made in Italy, la qualité de la nourriture aussi, et ce café fantastique que seuls les italiens réussissent à faire! Et puis aussi, la lumière estivale jusque tard le soir…

Quels sont tes endroits préférés à Milan?

Je vais beaucoup au cinéma, surtout dans les cinémas d’essai comme l’Eliseo, l’Anteo et le Colosseo, et j’aime les expos de la Triennale, de la Fondazione Trussardi et du Palazzo Reale. Pour sortir, des endroits comme le Cape Town (Via Vigevano 3), Rita (via Angelo Fumagalli 1) et ses fabuleux cocktails, et le restaurant Fiore (via Savona 59), un bar-restaurant où le rapport qualité/prix est excellent!

Parle-nous de ton nouveau projet!

Ce que j’aimerais, c’est réussir depuis l’Italie à faire de beaux projets avec le Brésil! D’ici peu naitra le site du groupe que j’ai formé avec d’autres cariocas (c’est comme ça qu’on appelle les gens nés à Rio!) sous le nom de Comunicazione Carioca, dans le but de créer un pont entre le Brésil et l’Italie dans les secteurs de la communication à 360°: journalisme, bureau de presse, communication visuelle, événements, design…

On souhaite bonne chance à cet ambitieux projet! Et attendant son lancement pour pouvoir en reparler, je partage avec vous quelques adresses brésiliennes à Milan qui m’ont été soufflées: le café Garota de Ipanema (via principe Eugenio 21) qui propose cocktails exotiques et menu brésilien typique, la boutique Plaza latina (via Alessandro Volta) qui vend des spécialités brésiliennes et sud-américaines en général, et le restaurant Oficina do sabor (via G. Agnesi 17, ouvert le soir seulement).

3 mai 2013
share on facebook


No comments yet.

Leave a comment