faire du vélo à Milan nuit gravement à la bronzette…

54065634

Quand je vous dis que j’aime Milan, c’est bien entendu en faisant abstraction de quelques désagréables petites choses, que j’ai commencé à évoquer dans mon dernier post… les moustiques, la pollution, l’humidité, la mauvaise foi et autres joyeuseries; l’absence de yaourts dignes de ce nom, les greluches à hauts talons qui ne savent pas marcher droit, les dingos en vélo fixe traversant les carrefours en hurlant « Attenziooooooneeuuuuuuuuuuu! » faute d’avoir des freins dignes de ce nom, les cocktails à 9 euros et les loyers à 1000, les gens qui ne sortent que pour se faire des contacts et un bar branché de la ville qui transvase allégrement ses bouteilles de vin le matin sous mon nez quand je bois mon café…et puis aussi, aussi, les chauffards de tout poil, les fous du volant qui ignorent les piétons et cyclistes, la ville qui met en place des BikeMi (système vélib local) sans faire aucun aménagements pour les vélos, exposant ceux-ci aux injures des piétons et automobilistes, et aux accidents pardis…

Et c’est ainsi que ce soir, après deux heures passées dans un formidable endroit à l’autre bout de la ville, où l’on vous apprend à réparer votre vélo au milieu d’un vaste foutoir de pièces détachées et de plantes vertes (j’en reparle bientot), alors que je rentrai allègre sur mon vélo rouge , je manquai deux fois de me faire renverser, invectivai le propriétaire d’une Maserati garé sur la piste cyclable, manquai culbuter des piètons traversant au rouge sous mon nez, me faisai pousser par un autre cycliste sur un accotement pour contourner des piétons lents et venait à ce moment appuyer bien gentiment ma cuisse enshortée sur le pot d’échappement incandescent d’une moto inpunément garée là à l’instant…

Résultat, 15X10cm de peau bien tendre brulée au 3ème degré, et une interdiction formelle de bronzer avant l’année prochaine… au revoir jupes, shorts et maillot, cet été à moi la Bretagne du Nord et les plages du débarquement… snif… (heureusement que le pharmacien était sympa, il m’a meme pas refilé les pansements les plus chers, pour une fois, et il m’a dit pour me consoler que les gens du nord sont plutot chouettes…)

Le bon coté des choses? Pas de « prova costume » (épreuve du maillot) cet été, à moi les glaces, les fritures poissonnières et les choucroute de la mer! Demain ici, je vous préviens, c’est brioche! 😉

Et, pour le plaisir, un clic ici… parce que, des fois, les clichés sur l’Italie sont vrais de vrais…

9 juin 2010
share on facebook


4 Comments to faire du vélo à Milan nuit gravement à la bronzette…

  1. je crois que ce pays est un tout avec le pire et le meilleur; tes histoires de réparation de vélo, de quincaillerie etc.. ici c’est fini! ici nous sommes sous le règne des grandes surfaces qui envahissent tout et qui ont fait crever les petits commerçants qui souvent font la vie, l’animation des villes.

  2. stanescu on 26 février 2013
  3. @stanescu: c’est vrai, mais à la racine du problème, il y a la façon de consommer des gens, de vouloir plus de choix, moins cher, tout de suite, qui ne laisse aucune chance à ces petits commerces. Là où ça m’enerve, c’est quand l’un de ces lieux réapparait dans un quartier bobo et devient l’attraction-décor à des prix fous…

  4. flou on 26 février 2013
  5. exact! devenu bobobranché ici, et là bas il me semble encore authentique, sans chichis…

  6. marie stanescu on 17 mai 2013
  7. Hehehe Excellent !
    Bronzage ou vélo, il faut (parfois) choisir … mais.. découvrir une ville a vélo est tellement chouette !

  8. Mathilde on 28 avril 2015

Leave a comment