la cité radieuse de Briey…

IMG_4267

Milan fourmille d’expos, de musées, d’installations temporaires, de spectacles, mais j’ai finalement peu de temps pour voir ce qui m’intéresse… Les vacances seraient une période idéale pour ce faire, mais pendant les vacances je suis rarement là… Du coup, c’est en Lorraine que nous nous sommes mis en quête d’événements culturels et, qui l’eût cru, le temps nous a là aussi manqué pour tout voir… Première étape, Briey, dans le nord de la Meurthe-et-Moselle, afin de découvrir l’une des cités radieuses dessinées par Le Corbusier…

Alors que lors d’une discussion animée en juillet nous nous lamentions d’avoir omis lors d’un précédent passage d’aller voir la cité radieuse de Marseille, modèle avant-gardiste incompris d’unité d’habitation, nous apprîment qu’il en existait une autre dans notre région d’origine même. Le pari fut donc pris de lui rendre visite… Et c’est ainsi qu’un beau jour d’aût, nous entassames toute la famille en voiture, réjouie à l’insolite idée d’aller « visiter un HLM »…

(le couloir du premier étage, alias la première rue…)

Car à l’époque de sa construction, le batiment n’a de prestigieuse que sa nouveauté. Commandé par l’office HLM local pour loger les familles des ouvriers des industries minières et sidérurgiques, l’architecte Le Corbusier y voit l’aboutissement d’un projet qui mèle vie privée protégée et vie communautaire, mise en commun des ressources et vue sans pareille sur la forêt domaniale alentour…

l’appartement témoin

Mais le projet sera un échec, et tandis que les rivalités politiques freinent son approbation, les crédits HLM trop faibles l’amenuisent sans cesse, rendant inévitable le renoncement aux commerces, à l’école, à l’hotel, aux équipements prévus sur place… La construction de 17 étages, achevée en 1961, ne connaitra qu’un éphémère succès, et rapidement, entre la crise économique, le départ en 1966 des familles des soldats américains de la base militaire proche et la dégradation du bâtiment même, la cité sera désertée, son entrée murée en 1983 et sa démolition envisagée…

Mais les défenseurs de la cité veillent, et en 1987 celle-ci est cédée pour un franc symbolique (oh mon dieu, les francs, ça parait si loin…) à l’hopital Maillot pour y installer son école d’infirmière et quelques logements. Le tout occupera le tiers du batiment, et le reste sera finalement rénové et vendu. Quelques espaces seront conservés au premier étage au profit de l’association « la première rue », qui s’occupe de la valorisation culturelle du projet et pour le compte de laquelle un sympatique briotin fait visiter l’appartement témoin aux sympathisants leCorbusiens

Verdict: on rêve tous d’aller vivre en HLM (enfin presque), à condition, comme à Briey, d’avoir une jolie vue sur la forêt, un bel escalier en bois et des parois coulissantes, des baies vitrées de tout cotés et des ascenseurs comme s’il en pleuvait… C’est étonnant de constater comment un bâtiment, qui dans une grande ville atteindrait un prix fou, peut ailleurs être l’objet de mépris… ou une belle leçon d’humilité pour les architectes dont les rêves ne sont pas toujours à la mesure de ceux qui les habitent… (à moins que ce ne soit le contraire!)

Association La Première Rue 03 82 20 28 55 http://www.lapremiererue.fr/

31 août 2011
share on facebook


11 Comments to la cité radieuse de Briey…

  1. c’est vraiment la copie conforme de celle de Marseille, étonnant!

  2. lillyrose on 31 août 2011
  3. @lillyrose: mais sans la piscine sur le toit 😉

  4. flou on 31 août 2011
  5. Je savais même pas qu’il y avait des choses à voir à Briey ^^

  6. Cecile on 31 août 2011
  7. Oh merci ! J’en parlais avec une copine l’autre jour de ces projets tout en en oubliant le nom, me faisant promesse d’aller le rechercher et oubliant de nouveau cette promesse. Bref, merci, LES CITÉS RADIEUSES !! 😉

  8. BradShaw on 31 août 2011
  9. Ici les rues sont plus sombres et me semblent plus larges (effet d’optique ?)
    quant à la façade, elle me semble en meilleur état à Briey.

  10. heidi on 2 septembre 2011
  11. @heidi: la façade a été refaite il y a peu de temps en effet. Quant aux rues, celle de la photo est la première, restaurée comme à l’origine (lumière+couleurs), les étages suivants ont été refaits un peu n’importe comment, vu que seul le 1er étage est classé… mais pour ce qui est de la largeur des couloirs, je ne peux pas te dire, je n’ai jamais vu ceux de l’équivalent marseillais!

  12. flou on 2 septembre 2011
  13. J’en avais entendu parler sans jamais voir d’images. Merci 🙂

  14. Lilith on 2 septembre 2011
  15. Je me souviens avoir visité celle de Marseille et dans mon souvenir, les appartements ressemblaient pas mal à ceux-ci. Mais pour être honnête, moi qui ai vécu toute ma jeunesse dans une cité HLM (pas forcément agréable), je n’avais à l’époque pas été estomaquée par le concept. Je rêvais sans doute d’autre chose 😉

  16. Bulles d'infos on 3 septembre 2011
  17. Ha c’est quand même autre chose que la rue du Tambour Major…

  18. la denrée de l'espace on 4 septembre 2011
  19. @la denrée: ouais mais t’as vu y’a pas le papier peint avec les souris à lunettes qui tricotent!

  20. flou on 4 septembre 2011
  21. Ça me fend toujours le coeur, ces histoires de projets architecturaux abandonnés pour des raisons occultes.

    P.S.: je me demandais comment j’avais pu rater cet article l’année dernière, ouf, c’est bon, c’est parce que je crapahutais en train !

  22. Céline on 30 mai 2012

Leave a comment