la vieille…

Ca y est je me sens vieille… c’est cyclique chez moi… je crois que c’est à force de ne cotoyer que des gens plus agés que moi, quand je rencontre d’autres personnes de mon âge je me sens vieille (et je les trouve neuneus ha ha ha) (on se console comme on peut)…

Entre les amis qui ont déjà de grands enfants (et dont les épaules s’affaissent quand je leur annonce qu’ils ont pratiquement l’âge de mes parents), ceux qui les fabriquent en série (4 couples au moins dans mon entourage qui s’apprètent à pouponner…), et les copines plus jeunes qui en revanche me regardent comme une ancêtre, je ne sais pas trop quels repères adopter… Et la classique réplique à l’annonce de mon âge « tu fais plus » (trop aimable…)

En fait, je crois que je ne me reconnais dans aucune catégorie , surtout ici, où la plupart des jeunes passent de « j’habite chez maman, je ne sais meme pas faire mon lit et je sors tous les week-end » à « ça y est je me marie, je fais des enfants et j’achète une maison » (seul trio possible semble-t-il dans les mentalités italiennes)… Du coup j’en suis où moi?

J’appelle ma mère une fois par mois, travaille de façon précaire, n’ai que des assiettes dépareillées et regarde avec anxiété les petites rides qui commencent à se former (mais si, là) (et là aussi) (à coup sûr je souris trop)…

J’ai une copine dont la hantise est de finir vieille fille… je n’ai pas cette crainte là, mais plutôt celle de ne jamais être tout à fait en phase avec les autres gens… Le jour où j’aurai, moi, des enfants, les leurs auront peut-être 10 ans, voire 20… Ils seront tous en retraite quand je bosserai encore (la retraite, vous savez, cet animal préhistorique)

Le pire je crois, c’est quand on me présente des nanas de mon âge ou quasi… je commence toujours, dans un grand élan d’enthousiasme, par me dire chic une copine, et puis euh… comment ça c’est ta mère qui fait ton sac de piscine? comment ça t’as perdu ton portefeuille Hello Kitty? euh… comment ça où je fais ma fête d’anniversaire? et euh, non je ne passe pas ma vie à regarder des séries sur les états d’âme amoureux des gens…

(je crois que finalement, je préfère rester avec mes copains « vieux ») (même si je ne participe pas forcément aux grands discours sur les mérites comparés des crus du bordelais, et si la vue d’une paire de Hogan me soulève le coeur…)

(vieillir, c’est forcément s’embourgeoiser et s’unifomiser?) (j’ai peur un jour de vouloir investir dans une tondeuse à gazon, d’acheter mes fringues chez l’équivalent futur de Desigual parce que « c’est tellement original », d’équiper ma cuisine d’un frigo à vin, de réserver mes vacances 6 mois à l’avance en pensant à demander si le petit déjeuner est compris dans le prix, d’aller dans les magasins d’usine le samedi et de faire des grandes phrases trop entendues sur les lieux de vacances (combien de fois m’a-t-on dit « ah Venise dès que tu sors des rues principales y’a plus personne ») (l’intérêt de cette phrase?) (« ah oui l’Asie c’est fabuleux, tu payes ton voyage 800 euros mais après tu peux te faire faire un costume pour 30 euros ») (pile mon idée du rêve quoi)…

Je sais que, vu mon âge, cette anxiété n’est pas réaliste (mais les névroses en général sont rarement fondées…). Des fois ça me fous le cafard de me dire que je n’ai plus forcément envie de week-end improvisés, de cuites sur la plage et de sommeil lourd sur les galets après un cornet de patates parralélipipédiques à la friterie du coin, que quand un ami invité vient accompagné sans prévenir ça m’irrite, et qu’au bord de la piscine je suis à deux doigts de rouspéter comme une mégère quand des enfants en jouant m’envoient une pelletée d’eau froide…

Comment faire pour rester, non pas jeune, mais fraîche, enthousiaste et bien disposée? Je me souviens il y a quelques années d’une sympathique soirée un peu arrosée avec des copains du petit frère du Mec, à peine plus jeunes que moi; en nous saluant au moment de partir, pensant nous tourner là leur plus joli compliment, l’un d’eux nous dit « c’est cool, vous êtes bien roots pour des vieux » (et tandis que les yeux du Mec s’agrandissaient d’horreur au mot « roots », je m’insurgeais en répétant « vieux? »)…

On est toujours le vieux de quelqu’un…

19 juillet 2011
share on facebook


25 Comments to la vieille…

  1. j’aime beaucoup ta dernière phrase!….

  2. Babeth59 on 19 juillet 2011
  3. Joli billet : je ressens la même chose que toi assez souvent. Il me semble que tant qu’on est curieux de la vie et qu’on a envie de voir demain on n’est pas vieux…

  4. Marianne on 19 juillet 2011
  5. Eternelle question… Si ça peut te consoler, je fais moi aussi plus vieille que mon âge! Et je ne sais pas trop non plus comment anticiper l’âge sans m’embourgeoiser cruellement…
    Cela dit, la petite phrase sur Venise, je l’ai sortie bien souvent… :s Mais c’est vrai! Dès qu’on sort des sentiers battus, on peut découvrir de jolies pépites, c’est tout. Je suis punie?

  6. Violette on 19 juillet 2011
  7. @Violette: meuh non, c’est une façon de parler (meme si j’avoue que le fait d’avoir entendu cette phrase une quarantaine de fois avant ma première virée à venise m’a rendue perplexe!) (du coup on ne pas dire que ça fasse « connaisseur », d’autant que ça s’applique sans doute à toutes les villes touristiques du monde!) (en fait, c’est surtout qu’on ne m’en dise QUE CA qui m’a rendue dingue!) Mais ça doit etre moi qui suis snob, à avoir toujours peur d’etre banale 😛

  8. flou on 19 juillet 2011
  9. euh…ben comment te dire, perso il paraît que je fais plus jeune que mon âge, mais ça ne m’empêche pas de les avoir mes 40 ans !!
    ah ah !! là, tu ne sais plus que dire, hein, jeunette, devant la vraie vieille que je suis !!^^

  10. nanie on 19 juillet 2011
  11. @nanie: « la vraie vieille » 😀 … que diront les sexagénaires? « la vieille véritable »!? comme quoi y’a pas d’age pour etre vieux!

  12. flou on 19 juillet 2011
  13. J`aime beaucoup ton billet et je m`y retrouve pas mal… Tu vois, on est quand meme plusieurs a etre en phase! ;o)

  14. My Little Discoveries on 19 juillet 2011
  15. je trouve ton billet magnifiquement tourné… je l’aime beaucoup… mais est ce vraiment si embêtant de ne pas être en phase avec les autres ? parfois aussi je me le demande et puis j’oublie ! merci d’écrire de jolies choses en tout cas !

  16. georges on 19 juillet 2011
  17. Ah tiens la question m’a beaucoup turlupinée depuis que je travaille avec des gens qui ont 10 ans (voire plus) de moins que moi. Avant j’étais la plus jeune… plus maintenant.
    Quant au conformisme et tout et tout… si j’avais été capable d’adopter certains code « de mon âge », j’aurais réservé mes vacances il y a plus de 6 mois et je ne serai pas autant en galère.
    Bref sinon je fais moins que mon âge donc ça me console. Un peu.

  18. Bulles d'infos on 19 juillet 2011
  19. « On est toujours le vieux de quelqu’un », tellement bien tourné ! Je me reconnais par ci par là dans ce que tu as écris, jamais vraiment en phase avec celles qui ont pile mon âge mais entourée aussi bien de quelques amies un brin plus jeunes et d’autres carrément plus âgées. Pas facile de savoir où se situer, ce qui en soit ne devrait peut-être même pas être une question si la société, nos rêves de gosses ou que sais-je ne nous turlupinaient pas à grand renfort de « tu n’as pas encore accompli ça » etc. Sans parler de mes rides (d’expression ?) sur le front qui elles me font encore plus froncer ce dernier aggravant par la même la situation 🙂

  20. SoOhCliché on 20 juillet 2011
  21. mais quel âge t’as en fait ? 😉

  22. Isma on 20 juillet 2011
  23. @Isma: ben je suis une mamie de 26 ans 😉

  24. flou on 21 juillet 2011
  25. Je ne sais pas trop comment tourner mon commentaire, je vais donc lancer des trucs un peu pèle-mêle, si tu le veux bien… Ce qui m’interpelle, dans ta note, c’est pas tellement le côté « âge », mais ta sensation d’être en décalage avec les autres (si j’ai bien compris).

    Je me sens souvent en décalage avec la « majorité » et les schémas mariage-bébé-maison encore prédominants: j’ai fait des études longues qui me destinent à bosser à l’international et dans des milieux majoritairement masculins, je ne veux pas d’enfants, je suis un peu allergique à pas mal de « conventions sociales ». En même temps, j’ai toujours aimé planifier et organiser les choses à l’avance, savoir où je mets les pieds et ce depuis mon enfance (donc je « vieille » depuis que j’ai 12 ans, probablement le résultat d’une enfance chaotique et de parents complètement olé-olé). En même temps, ça ne va pas m’empêcher de me prendre une monstre cuite improvisée (il me faut juste 3 jours pour m’en remettre) ou de partir je ne sais pas où sur un coup de tête.

    Petite, je me sentais en décalage aussi, mes intérêts étaient trop différents des autres enfants, j’étais passionnée de sciences, ce qui est encore considéré comme un peu étrange par beaucoup pour une femme.

    Bref, ce que je veux dire, c’est que je ne pense pas qu’il y ait de « fatalité » armoire-à-vin (le rêve de mon mec) et tondeuse-à-gazon et qu’on peut rester « libre » (trop de guillemets dans mon commentaire!) et enthousiaste tout en discutant pinard et budget. On est pas jeune et libre OU vieux et pépère, heureusement! Les considérations changent, certes, mais on ne change pas vraiment. Et avec le temps, je crois que je peux dire que j’aime ce décalage et surtout avoir la liberté de choisir ma carrière et ma vie, même si ça rencontre l’incompréhension de certains qui ne savent pas dans quelle case me mettre (mais ça fait 32 ans, je commence à connaître).

    Heu, ouais, je sais pas trop ce que j’ai raconté, mais c’est pas grave. Bref, vie comme tu veux et essaye de rencontrer un maximum de gens qui ne rentrent pas tout à fait dans les cases et ce sera passionnant!

  26. M'dame Jo on 21 juillet 2011
  27. @mdamejo: oui en gros c’est ça! (moi non plus je crains de n’avoir pas été très claire!) et les observations que tu fais de tout ça me semblent très juste… je sais bien qu’il n’y a pas d’alternative binaire jeune/vieux, et justement, c’est de voir tout le monde diviser les deux idées qui me fait me demander, du moins selon eux, de quel coté j’erre…
    (mais j’adore ta sentence il n’y a pas de « fatalité » armoire-à-vin!!!)

  28. flou on 21 juillet 2011
  29. Il y a des gens qui ont besoin de mettre les autres dans des cases et s’ils ne savent pas où les mettre, ça les fait flipper. Faut s’en foutre et se dire que c’est leur problème… C’est leur faire trop d’honneurs que de flipper à notre tour!

  30. M'dame Jo on 21 juillet 2011
  31. Bonjour,
    je suis ton blog depuis un an sans vriament participer mais ce post m’a interpellé. j’ai exactement les mêmes interrogations et les mêmes peurs. J’ai cette peur de finir aussi dans le schéma que tu décris et de ne même pas m’en rendre compte.
    Mais de se poser ces questions, je pense qu’on est différent parceque justement on cherche autre chose. Cette sensation d’avoir tjs été en décalage au lycée et collège ah lala. déjà à cette époque, je n’étais non pas la rabat-joie mais je concevais la fête, l’amitié, l’amour différemment d’une personne de mon âge.
    et comme l’as dit isma ce décalage est très intéressant et j’ai la chance d’avoir rencontré des gens qui ont des pensées similaires et qui ont mon âge (23 ans). je crois qu’instinctivement on va vers eux (après tout j’ai bien fini sur ton blog non ?).

    et en grandissant, je me rend compte que je vais finir par devenir chiante lol !
    faut vriament garder la fraîcheur et la spontanéité comme tu dis, continuer à être émerveillée. Mais il nefaut pas non plus tomber dans le piège « non non je ne ressemblerais jamais à ces gens! » après tout ils sont peut être heureux comme çà non ? et les tondeuses à gazon sont bien pratiques 😉
    bonne journée

  32. marion on 22 juillet 2011
  33. @marion: hé hé la tondeuse à gazon en fait, c’est une sorte de névrose familiale: avec mes parents on a toujours regardé en se marrant les voisins qui passaient leurs dimanches à tondre… et puis il y a quelques années, ils ont eux-meme acheté une maison et… une tondeuse! (d’où mon effroi!)

  34. flou on 22 juillet 2011
  35. @marion le nom du commentateur en dessous son commentaire 😉

  36. M'dame Jo on 23 juillet 2011
  37. Bonjour,
    Je découvre ton blog. C’est un blog certes féminin mais sur ce post, je ne vois que des femmes dans les commentaires. Comme si cette interrogation était uniquement féminine. Et bien non, rassurez-vous mesdames, personnellement je me pose les mêmes questions !
    Je vais avoir mes 27 ans dans quelques jours et..grosse remise en question.
    Tout le monde se marie, achète, pond des gosses… Mais moi je n’en ai pas envie.
    Situation professionnelle stable : connais pas ! Et pour un homme c’est très dur socialement !
    Enfin bon, je ne vais pas répéter tous les points de ton post, je vis la même chose. Juste te dire : détends-toi ! Demain est un autre jour… La vieillesse peut attendre le surlendemain 🙂

  38. Pierre Choisir on 18 août 2011
  39. bon j’arrive un peu tard…mais c’est peut etre le besoin de vacances qui se faisait un peu trop sentir, non ? d’abord, on a l’age da sa raison! et les auuuuuuuuuuutres…

  40. malene on 6 septembre 2011
  41. On commence à etre vieux quand on commence a se poser la question….

  42. myriam on 14 novembre 2011
  43. @myriam: donc on est d’accord, me voilà vieille 😉

  44. flou on 14 novembre 2011
  45. en route vers…. comme nous tous
    ps : ça n’est pas un défaut !!!

  46. myriam on 14 novembre 2011
  47. Une solution pour rester jeune d’esprit : ne pas faire d’enfant et rester sensible, curieux, passionné! comme toi!

  48. jef on 12 mars 2012
  49. @jef: je ne suis pas certaine que les enfants aient quoi que ce soit à voir dans tout ça…on peut rester ouvert et enthousiaste meme avec un/des enfants, et virer vieux con sans en faire jamais! 🙂

  50. flou on 12 mars 2012

Leave a comment