marchons, marchons…

IMG_3267

Chers amis, je vous ai laissés pour le week-end pour m’en aller randonner deux jours au dessus des lacs, de Como à Bellagio par les crêtes… Un défi pas gagné d’avance, si l’on songe qu’on avait déjà tenté le meme parcours il y a quelques années de ça, un certain week-end de novembre, qu’on s’était perdus le deuxième jour à la nuit tombée dans une sombre vallée pleine de chataignes et de sangliers, et que c’était un chasseur local qui nous avait finalement retrouvés, grelotant dans une pente boueuse…

Depuis, d’autres randonnées ont été mises au programme, mais jamais encore nous n’avions tenté à nouveau ce meme tracé… Cette fois, le risque ne tenait pas vraiment à une nuit précoce, mais plutôt à une chaleur accablante, avec 35 degrés prévus et un parcours par les crêtes promettant une ombre inexistante… Nous partions confiants, accompagnés de deux autres amateurs de marche et mieux équipés cette fois-ci (genre on avait une lampe frontale et une radio à friction) et forts de l’expérience acquise depuis lors d’autres randonnées (on s’est depuis perdu dans les calanques entre Cassis et Marseille en pleine canicule) (et aussi une autre fois en août près de Cabris dans le Var), prêts donc à affronter tout imprévu sans panique aucune…

Premier jour: Point de rencontre à la gare de Cadorna à Milan à l’aube (8h20) (si c’est l’aube), arrivée à Como, funiculaire en panne (ça commence bien) nous obligeant à rejoindre Brunate en radio-bus, et début du parcours… Une journée parfaite, un ciel légérement couvert nous préservant des rayons ardents, un peu de vent en haut des cimes, des ascensions (Monte Boletto 1238m, Monte Bolettone 1318m, Monte Palanzone 1275) récompensées par d’incroyables panoramas sur le lac de Côme, la chaîne des Alpes au loin dans la brume et les vallées verdoyantes de la région…

Quelques coups de soleil et 12 kilomètres de marche plus tard, nous arrivons en fin d’après-midi au refuge Riella, paradis des marcheurs harrassés, affamés et assoiffés… La douche est glacée mais la vue est superbe, le confort est sommaire mais nous n’en avons cure, car après moult plats de pizzocherri, de sanglier à la polenta, de saucisses, de cèpes et d’artichaud, d’une solide part de gâteau aux pommes et d’une dégustation d’alcool maison divers et variés (ambiance bouteille à crapaud des bronzés), c’est en quelques minutes à peine que nous sombrons dans le sommeil…

Deuxième jour: Réveil à l’aube (8h30) (si c’est l’aube), et départ à la fraîche après une dernière étude de la carte avec Italo, l’immense personnage du refuge; nous voici en route pour 25km dans la partie un peu plus sauvage du parcours…

Un peu d’anxiété, quelques ampoules aux pieds mais un moral d’acier… De nouvelles ascensions (Monte San Primo, 1681m) et un déjeûner du haut de la Bocchetta Terrabiotta (1428m), avec pour la première fois une vue plongeante sur le point de rencontre des lacs de Como et Lecco, la pointe de Bellagio et en fond les grands pics suisses défiant le ciel… Puis cette descente à pleine vitesse, ces rencontres fortuites d’ânes et de vaches en liberté, ces prairies fleuries…

Une nouvelle ascension, celle du Monte Nuvolone (1088m) et le retour de l’anxiété en songeant que c’est à partir de là que, la fois précédente, nous avions perdus notre route… Une chaleur et une humidité accablante, et mes orteils qui semblent hurler stop n’arrangent pas les choses… Nous arrivons là au Belvedere del Nuvolone, avec la plus belle vue sans doute de tout le parcours, avant de nous engouffrer dans la vallée qui descend vers Bellaggio, sorte de micro-sentier en bord de falaise à-pic… Le chemin sinue ensuite dans la vallée mais l’anxiété s’envole: cette fois feuilles mortes et chataîgnes ne recouvrent pas les indications tracées sur les pierres du chemin, et nous sentons que nous avons vaincu ce fourbe de Nuvolone… Mais rien n’est fini encore, et il nous faudra encore 1h30 de marche avant d’atteindre notre but: l’embarcadère du ferry de Bellaggio pour Varenna…

Nos pieds n’en peuvent plus et nous n’aspirons plus qu’à une chose, plonger dans le lac! C’est chose faite dès l’arrivée du ferry, l’eau est fraîche mais la vue est belle, et tandis que les premiers éclairs du soir zèbrent le ciel au dessus du lac, nous trinquons à cette belle aventure d’un Spritz bien mérité!

Infos (si d’aventure quelqu’un était tenté par l’expérience):

Départ de Brunate sur la place du funiculaire, suivre les indications pour San Maurizio puis les panneaux indiquant dorsale per le creste pendant 5h environ, puis suivre la direction Rifugio Riella. En tout compter 6 à 7h de marche environ pour 12 kilomètres.

Rifugio Riella Palanzone: 45euros/personne sur réservation (nuit+couvertures+diner+petit déjeuner) (+39) 031378600

Depuis le refuge prendre la direction pour la Colma di Sormano, puis du Monte San Primo. Arrivé à la Bocchetta Terrabiotta, descendre dans la vallée et suivre le sentier dit dorsale avant de rejoindre la dorsale per le creste en direction du Monte Nuvolone. Une fois arrivé au belvedere, descendre dans la forêt en suivant les indications rouges et blanches tracés sur les pierres et suivre la direction de Bellagio. Compter 7-8h de marche pour 25km environ.

11 juillet 2011
share on facebook


18 Comments to marchons, marchons…

  1. 25 bornes en juillet, vous m’épatez !

  2. heidi on 11 juillet 2011
  3. @heidi: non pas 25 mais 35…

  4. flou on 11 juillet 2011
  5. je suis en admiration devant ces paysages qui font d’ailleurs partie de mon TOP 3 prochaines vacances ! xx

  6. tribulate on 11 juillet 2011
  7. [Mais et après le ferry ?? je veux connaître la suite, moi !!]
    Chapeau pour les 35km, ce n’est sûrement pas moi qui aurait accompli cet exploit !

  8. Céline on 11 juillet 2011
  9. C’est magnifique! 🙂 Et ça donne envie (même si je n’ai pas fait de randos depuis des années!)
    J’ai souvent tendance à oublier qu’au nord de l’italie il y a les alpes 😉
    En tout cas chapeau, ça en fait des km 😉

  10. petite parisienne on 11 juillet 2011
  11. Ca doit etre sympa la randonnée mais je sais pas si j’y arriverai! en tt cas, tu as fait de très belles photos!!

  12. 1001 découvertes d'un ch'ti on 12 juillet 2011
  13. @le ch’ti: dommage que sur les photos ça ait l’air si couvert, on voyait quand meme mieux que ça en vrai!

  14. flou on 12 juillet 2011
  15. il y a des vrais courageuses !
    Nous avons un très beau souvenir de Bellagio, mais nous, nous sommes allées en voiture – la route tourne pas mal tout de même. Mais il faisait beau et l’endroit est vraiment magnifique !

  16. matchingpoints on 12 juillet 2011
  17. Voilà une note qui m’intéresse particulièrement! Jamy et moi sommes de grands amateurs de marche et nous nous demandions ce que « vaut » le balisage des sentiers de randonnée en Italie. En Suisse, les sentiers balisés sont indiqués par des panneaux jaunes remis en état chaque année et il est impossible de se perdre. Du coup, on part toujours sans carte, à la fraîche, car tout est indiqué et fiable (direction, temps de parcours, etc.). Bref, c’est fait « à la suisse ».

    Comment sont les balisages dans la région du lac de Côme? Merci!

    En tous cas, ça fait envie et je me réjouis de commencer à explorer le côté sud des Alpes!

  18. M'dame Jo on 14 juillet 2011
  19. @M’dame Jo: je conseillerais d’emporter une carte! Disons que certaines parties sont bien balisées, et d’autres moins! Quand on est habitué à randonner disons que certains choix sont plus intuitifs que raisonnés! Là en l’occurrence le tronçon Brunate-refuge par les cretes est plutot bien indiqué, la suite l’est moins, notemment le tronçon dans la foret après le mont Nuvolone… (hin hin, surtout en hiver, marquage au sol+ feuilles mortes= sentier illisible!) Je signale aussi que les temps donnés pour les parcours sont un peu fantaisites (parfois sous estimés, parfois au contraire mystérieusement allongés) et qu’il n’y a aucune indications concernant la difficultés des parcours (là par exemple, il y a des morceaux impossibles à faire avec des enfants ou sans de bonnes chaussures de marche!)

  20. flou on 14 juillet 2011
  21. C’est bien ce que je pensais 😉 Ben on va apprendre à lire une carte alors ! Merci.

  22. M'dame Jo on 14 juillet 2011
  23. Je suis bien d’accord, avant 9h, c’est l’aube!
    Ca fait des années que je rêve de découvrir cette région et, après t’avoir lu, j’en ai encore plus envie!

  24. Marie on 16 juillet 2011
  25. Magnifiques paysages 😀 Merci de nous les faire partager !

  26. SarahBook on 21 juillet 2011
  27. Merci pour cette escapade!! Trop beau!

  28. Pacic on 21 juillet 2011
  29. Merci pour les infos

  30. Julien L on 14 septembre 2013
  31. Bonjour,
    Rando prévue cette année, d’un point de vue logistique, on a les voitures, vous aviez laissé votre « campement » ou? merci

  32. MARSAUD on 3 mai 2015
  33. @Marsaud: nous sommes des voyageurs sans voiture et avons débuté et fini cette rando par un voyage en train (milano-como, varenna-lecco-milano le lendemain)

  34. flou on 12 mai 2015
  35. Chouette randonnée, merci pour le partage! Pour cette fois nous allons nous contenter du funiculaire et d’une petite balade au sommet, mais je note pour une prochaine fois (nous sommes à Côme actuellement et sommes tombés sur votre site en cherchhant des infos à propos du funiculaire de Brunate).

  36. Aurélie on 31 août 2015

Leave a comment