pasta concours, un grand merci!

53472805

Tout d’abord merci, un grand merci à toutes celles qui ont participé (j’ai eu beau déployer des trésors de persuasion pour raccoler les cuisiniers, rien n’y a fait…) et ont contribué au grand enthousiasme, sans cesse renouvellé, que j’éprouve dans la confection des pates… parce qu’ au final, que ce soit à la main, à la machine ou en paquet Lustucru, l’important c’est toujours le geste ou les souvenirs, comme souvent en cuisine,  de moemnts partagés, et comme l’a si bien dit dimanche dernier Claire avec la candeur qui la caractérise après la confection d’orrecchiete pour 7 personnes, l’important, au delà du gout, c’est « la gentillesse dans la sauce »…

-Céline de douce mise en scène, nous a fait de fabuleux Cannellonis, en hommage à sa grand-mère Pierina Maccarini (qui semble-t-il n’est pas étrangère à la passion patissière de la belle…)

-Heidi de une note blanche s’est carrément lancée dans l’aventure en façonnant elle-meme ses pates, photo-preuve du découpage à l’appui! (c’est son mec qui a du etre content!)

-Brigitte et sa recette « Les raviolis de Mamie Marie »… un long texte qui sent la sauce tomate et les journées à cuisiner en famille autour de la table! merci!

« Il y a des mots magiques dans chaque famille…Parmi ceux-ci, sourires de connivence et petite pointe au coeur, figurent “les raviolis de Mamie Marie”. Quand on les évoque, des soupirs nous échappent, les souvenirs affluent et remontent…ceux faits pour Noël, ceux bricolés au camping au retour de notre voyage de noces (“j’en avais mangé 67!!” “Mais où tu mets tout ça?!”), et ceux que l’on fait maintenant, si proches de La recette, de Sa recette, mais à qui il manque ce je-ne-sais –quoi indéfinissable de virtuosité… La confection des raviolis a toujours été une entreprise familiale, une fête sur 2 jours avec la promesse d’un repas sublime à chaque fois..

D’abord la pâte… Foin du pétrisseur   ou du Kitchen-Aid (de toute façon, on n’en avait pas..).La veille, Mamie enfilait son grand tablier de toile bleue, celui reservé aux grands plats, callos, couscous ou canard aux olives; après l’avoir ajusté d’un petit noeud sur son ventre, les choses sérieuses commençaient…. La toile cirée recevait la farine (100 grammes pour 1 oeuf), la pincée de sel, puis la main creusait le puits où s’étalaient mollement les oeufs. D’une main ferme, le tout était prestement aggloméré et le pétrissage commençait… Poignet souple, cliquetis des bracelets, mouvements tournants pour ramener la farine du bord, corps penché rythmiquement en avant pour accompagner l’écrasement du gras de la paume afin d’ étirer le pâton. Nous étions tous là, 4 générations regroupées autour de la table pour admirer la dextérité et reprendre la main quand Mamie commençait à se fatiguer et que la pâte “en voulait encore”… Chacun, du plus jeune au plus vieux  , prenait son tour pour pouvoir dire ensuite fièrement:“ moi aussi, j’ai aidé”.
Quand la marque du doigt enfoncé “remontait” doucement, Mamie disait un “Ça y est” péremptoire et la pâte allait se reposer dans un grand saladier recouvert d’un torchon.

Pendant ce temps-là glougloutait sur le coin de la cuisinière une sauce merveilleuse qui embaumait la maison, le jardín, et, ne soyons pas modestes, la rue toute entière… Cette sauce, chez nous, c’est une marque de famille, un modèle déposé, une merveille inimitable. Mais là, nous ne mettions pas la main: seule Mamie était à la manoeuvre.

Elle avait préparé le matin des “alouettes sans tête”: curieux nom pour une préparation où les oiseaux n’avaient aucune place. Elle avait étalé avec un marteau des pièces de viande de boeuf (tende de tranche) pour en augmenter la finesse et la surface. Elle y plaçait de l’oeuf dur, des petits cubes de saucisson, de l’ail coupé,du persil haché, un souffle de noix de muscade, sel et poivre et roulait le tout en forme de saucisson qu’elle ficelait solidement.

Sur un feu toujours fort, elle faisait revenir dans l’huile des gousses d’ail dans leur peau, puis les alouettes qu’elle retirait une fois dorées de toutes parts, des oignons finement hachés. Elle versait ensuite du concentré de tomates qu’elle faisait littéralement caraméliser, jusqu’à obtenir une mixture foncée. À ce moment-là seulement, elle ajoutait l’eau, mesurée à même la boîte de conserve: 2 mesures  d’eau pour 1 de concentré  . Alors, à ce qu’il semblait au jugé et en fait avec le coup d’oeil de l’expert, elle ajoutait morceaux de sucre, feuille de laurier, sel, poivre et basilic. Les alouettes rejoignaient enfin la sauce. Puis le temps et la puissance du feu, modulée en fonction de l’avancement de la cuisson, faisaient leur oeuvre…

La farce attendait sagement dans le frigo, mélange de chair de boeuf, feuilles d’épinards, oeufs, mie de pain mouillée et pressée, ail et persil , sel, poivre et noix de muscade.

Tout était prêt pour l’assemblage: les petits étaient chargés, une fois vérifiée la propreté de leurs mains, de confectionner de minuscules boulettes de farce, tâche bien plus amusante que la pâte à modeler et autrement plus valorisante. Il fallait voir les petits doigts potelés rouler sur les paumes grassouillettes, les fronts plissés par la responsabilité et la langue pointant aux commissures sous l’effort…

Mamie prélevait un morceau de pâte, pendant que le reste restait couvert sous un linge humide, empoignait le rouleau en bois et aplatissait le pâton jusqu’à en obtenir une abaisse presque transparente. Elle s’emparait alors de son emporte-pièce fétiche, découpé dans une boîte d’un quart de concentré de tomates; Papa en avait limé les bords ébréchés par l’ouvre-boîte et le rond avait ainsi acquis la quasi-immortalité des ustensiles de cuisine. Mamie imprimait d’un coup de poignet ferme un cercle net, passait sur le pourtour un doigt humidifié dans un bol d’eau, posait la boulette de farce au centre et refermait le ravioli en imprimant le pouce et l’index sur les bords.
Pour nous tous, c’était le coup d’envoi du travail en équipe. Il s’agissait de faire vite: la pâte ne devait pas sécher avant d’être remplie et façonnée. Aucune chute n’était perdue: Mamie l’agglomérait au nouveau morceau de pâte fraîche.

Nous avions préparé de grandes planches recouvertes de torchons propres et farinés pour accueillir  les raviolis mis à sécher toute la nuit, tout en les retournant régulièrement. Qui d’entre nous ne se souvient de leur parfum si particulier avec cette touche suave de farce crue et de farine séchée? Nous les avions longuement comptés, en lignes et en rangées, bonne occasion de vérifier les tables de multiplication. Il nous est arrivé de faire des plaques de 700 raviolis pour des Noëls hors-norme!!!!
Et pendant ce temps-là, la sauce mijotait…Nous soulevions le couvercle et nous remplissions les narines de vapeur odorante avec un air béat de contentement…

Le lendemain, vers les 10 heures (il fallait bien ça puisque chez nous, on se met à table à midi tapantes), la grosse marmite était sortie du fond du placard, cabossée par les ans mais reluisante des grattages au Tampon Jex. Remplie d’eau, d’une poignée de sel et d’une bonne rasade d’huile, elle était portée avec difficulté sur le feu. Les raviolis quittaient leur planche après avoir été débarrassés de leur excédent de farine et plongeaient dans l’eau bouillante. L’eau devenait laiteuse et laissait affleurer de temps en temps un ravioli qui semblait crier au secours dans le bouillonnement, martyr de notre gourmandise…

Mamie en prélevait un avec sa cuiller en bois, en mordillait le bord épais pour vérifier la cuisson  et nous attendions le mot magique: “c’est bon”…
Impossible de soulever la marmite! Alors, avec l’écumoire secouée délicatement au dessus de l’eau bouillante, commençait la pêche miraculeuse… Les raviolis, grossis par la cuisson, rejoignaient avec un bruit mou leurs compagnons d’infortune dans le plat de service: une couche de raviolis, une louche de sauce tomate, un coup de moulinette de fromage râpé, et ainsi de suite…Les alouettes étaient déficelées, coupées en rondelles et présentées dans une assiette à part, laissant découvrir le blanc et le jaune de l’oeuf enroulés en escargot.

Quand le plat arrivait sur la table, nous étions fin prêts, serviette nouée autour du cou pour éviter les tâches. En admiration devant les fils de fromage qui s’étiraient autour de la cuillère de service, chacun était attentif devant son assiette qui se remplissait.

La première bouchée confinait à cette extase particulière qui survient quand nos papilles n’arrivent plus à embrasser tout le plaisir de la bouche. Ensuite, s’affinait la dégustation: aspiration de la sauce sucrée-salée sans aucune pointe d’acidité, mordillement des bords du ravioli pour en apprécier le point de cuisson et la finesse de la pâte, écrasement de la farce contre le palais et explosion des épinards  et de la chair mêlés.
Éclats de rire  devant l’étonnement du nouveau convive à qui Mamie avait reservé le ravioli farci d’une boule de coton qu’elle avait subrepticement glissé dans son assiette…
Papa déclarait ” Mamie, vous êtes une championne!!” et nous ouvrions enfin le ban en hommage à la cuisinière, mains vibrantes frappées à l’unisson pour marquer le suprême bonheur d’une entreprise familiale à but dégustatif. »

-Elodie de unetitedebutantedanslacuisine nous régale avec sa machine à pâtes (enfin plutot se régale, vu qu’on n’a pas pu gouter… c’est vrai qu’il faudra revoir le concept de cyberconcours de cuisine… la prochaine fois tout le monde m’envoie une assiette en chronopost, na!) de raviolis à la ricotta, parmesan et basilic…

-Babeth de Babeth’s cuisine a opté pour les coquillettes au beurre… ça a l’air basique comme ça mais, réclamée par son fils de retour de plusieurs mois aux USA et voulant retomber dans les saveurs d’enfance des coquillettes au beurre-jambon, cete recette fut dans nul doute un grand moment de gastronomie!

-Madame Sophie de Etsinonrien nous vante quant à elle les talents culinaires de son Jules, et nous raconte leur première soirée d’amoureux, où elle découvrait simultanément les racines italiennes et les talents de pastaio de celui qui deviendrait le père de ses enfants et le cuisinier incontesté de la famille…

-Maeva de auxsaveursdechezmoi nous présente ses fusillis aux champignons frais, c’est simple et ça a l’air rudement bon, avec du caviar de tomate, des herbes de provence et une jolie vue sur le jardin!

-Yo de yopalacuisine nous raconte ses spaghetti aux tomates pelées, qui a elles seules suffisent à lui rappeler les immenses spaghetti Gondolfo que cuisinait sa grand-mère au retour de la plage… et pour qui a connu l’odeur du sugo se répandant dans les rues des Pouilles à l’heure du déjeuner, c’est tout une histoire…

-Isabella de SoOhCliché m’épate avec son histoire d’enfance, des coquillettes beurrées parsemées de fromage rapé, avalées le dimanche soir sur le canapé du salon pendant que sa maman écoutait « Tapestry » de Carole King, liant à jamais Carole King et les coquillettes au beurre, encore vingt ans après… (par ici la musique)

-Sophie, de lasoupeaucaillou, m’a littéralement estomaquée avec sa recette d’agnolotti poelés, farcis au lieu noir et houmous de petits pois! (rien que l’intitulé de la recette, avouez, vous etes morts de faim!) si je vous dis qu’en plus le tout est servi avec une crème d’ail… (j’ai presque honte de mon sugo basique!)

-et enfin Marine, de Marinissime nous a concocté in extremis une poelée de gnocchis maison, sauce oignons-tomates-basilic sur fond de Claude Barzotti…


A présent, allez-vous me dire, qu’en est-il du jury? et bien le jury, c’est moi (charité bien ordonnée…) en tant que receptacle de la science pastificiale (mais si) de la nonna pugliese en matière de pates (je précise en matière de pates, parce qu’elle n’a pas son pareil également pour piétiner les salades des voisines qui ne lui cherchent des noises, ou découper les draps étendus sur le balcon par les voisins du dessus qui, dixit, lui cachaient la lumière…)… le jury c’est aussi Le Mec, en tant que grand gastronome amateur de pates, capable d’en manger jusqu’à trois assiettes, et ce tous les jours, et également en tant que grand touilleur et testeur de la cuisson des pates… avec nous figure aussi Sophia, cuisinière internationale émérite (si si, j’insiste), qui m’a initié aux makis et aux nouilles sautées, m’a religieusement confié ma lovely pasta madre et LA fameuse recette du gaspacho andalou… et dispense des cours de cuisine espagnole, française, américaine, thailandaise et mexicaine à Milan… résultats au plus vite, sans doute le week-end prochain!

Et comme ça ne va pas etre si facile de départager les participants, je compte sur vos avis avisés en commentaires pour nous aider! et pour ceux qui ont raté le coche, sachez que le pasta concours, tel un épisodique James Bond, reviendra…

16 mai 2010
share on facebook


20 Comments to pasta concours, un grand merci!

  1. ça donne faim tout ça! pauvre de moi qui revient d’italie… Vous voulez que j’y retourne illico, c’est ça hein! Tortionnaires!

  2. nath on 16 mai 2010
  3. J’ai faim, c’est malin !
    Pour moi, c’est la soupe au caillou qui déchire tout.

  4. heidi on 16 mai 2010
  5. Tes pâtes déchirent aussi Heidi, mm si j’avoue que les raviolis ricotta me font de l’oeil…

  6. Marinissime on 16 mai 2010
  7. J’ai un faible pour le texte de Brigitte.
    La prochain défi, faire des alouettes sans tête ?

  8. Sophie on 16 mai 2010
  9. vite des pâtes !! j’ai faim

  10. cosmeticlover on 16 mai 2010
  11. Les agnolottis poêlés me fond de l’oeil perso !!!
    Miam !

  12. Xel0u le l0up on 16 mai 2010
  13. Tout ça donne faim !!

  14. Océane on 17 mai 2010
  15. rhaaaa zut si j’avais su! félicitations aux participantes!

  16. lucie_beluga on 17 mai 2010
  17. une dégustation géante s’impose.
    Sinon on pourra jamais vous aider.
    j’ai faim!!

  18. Eve.G on 17 mai 2010
  19. Je veux bien aider le jury, moi…
    Donc, je craque pour toutes les recettes ! Na !
    Ca vous aide, hein ? ;oD

  20. La Papote on 17 mai 2010
  21. Ouah c’que ça m’a donné faim !!!
    Moi j’ai bien aimé le texte de Brigitte, car c’est beaucoup de courage et d’amour !
    Sinon les raviolis au basilic et ricotta ont mon penchant. Simple mais efficaces !

  22. Melibu on 17 mai 2010
  23. Rhoooo les agnolotti de Sophie me font chavirer parce que les petits pois j’adore, parce que le tahin j’adore encore plus et parce que les baies roses c’est juste le paradis !
    Wahou, trop beau

  24. Nilufer on 17 mai 2010
  25. J’ai faimmmmm ! Comme Eve.G, je pense qu’il faut qu’on goûte pour vous départager !!! En tout cas bravo à toutes ! Bises

  26. Fringue&macaron on 17 mai 2010
  27. Voilà de bien bonnes recettes de pâtes!!

  28. payette6202 on 17 mai 2010
  29. moi je vote pour.. ben toutes les recettes! des photos à croquer!

  30. yo on 18 mai 2010
  31. Dis donc, quelles cuisinières!! Ca donne faim tout ça!

  32. Toute Petite on 18 mai 2010
  33. C’est une très mauvaise idée de lire ton blog à 19 heures. Surtout quand mes 13 voisines des 6 étages en dessous cuisinent depuis bien 2 heures (sans compter ce matin bien entendu).
    J’ai faim.
    Bon, il faut aider le jury? Allez, je vote pour Brigitte qui parle de mamie Marie parce que ce n’est pas seulement un texte de cuisine, c’est de la littérature!

  34. armadio delitto on 18 mai 2010
  35. Flou, ton concour de pasta ma donné faim et une envie de pasta, du coup j’ai fais des Yaki Gyoza c’etait bien bon.
    J’ai pas eu le temps de lire en detail les recettes, mais rien que les images, miam.
    A quand un prochain concours?

  36. lulu on 18 mai 2010
  37. tout a l’air absolument délicieux!!!

  38. arwen on 18 mai 2010
  39. comment s’ouvrir l’appétit en un billet!!! les raviolis et les demi-lune lieu noir hoummous viennent de me donner une faim de loup… et pourtant je sors de table!!!
    bises

  40. LaSourisTeigneus on 19 mai 2010

Leave a comment