pasta madre & co…

52979961

en octobre 2008 commençait pour moi une drole d’aventure… celle de la pasta madre… le levain naturel maison… ramené dans le panier de mon vélo un soir et faisant hurler d’horreur le colloc’ italien… une sorte de magma bulleux à l’odeur aigre, dont il allait falloir s’occuper sans cesse, sous peine de le voir mourir… un levain qu’il allait falloir choyer, à qui il allait falloir donner à manger et à boire, et accessoirement, selon les écrits des puristes pour lesquels je me suis passionnée un temps, parler, complimenter et protéger des courants d’air…après avoir été la risée du voisinage pendant un moment, j’ai vite calmé les quolibets en me lançant dans une production boulangère sans précédent, pain blanc, complet ou aux céréales, brioches, kouign amann et compagnie… prenant toujours soin de mon cher levain, cherchant à le confier pendant les vacances, à lui constituer des réserves avant de partir en week-end, à le couvrir en hiver et à le protéger des moqueries assassines du colloc’ cherchant à l’effrayer… (vous vous souvenez des tamagoshi? bon. imaginez avoir un tamagoshi dans un bol dans le frigo, mais qui sente fort pour de vrai quand on l’oublie…)

depuis, ma pasta madre (pâte mère) a fait des petits, qui s’en sont allés fermenter dans la région de Venise chez B. et sa maman, où ils contribuent parait-il à la confection de fabuleux muffins… plus personne n’ose se moquer d’elle, un certain respect lui est meme conféré, on raconte meme que certains en sont jaloux… les amis me demandent de ses nouvelles par téléphone, l’ancien colloc’ qui vit desormais vers Padoue ne manque pas de s’enquérir de sa santé lorsqu’il nous rend visite… meme le Mec s’est habitué, après une longue période de scepticisme, à cette nouvelle compagnie…

sauf que, depuis dimanche soir, une chose le tourmente… la pasta madre a un nouvel ami… le champignon blanc! une sorte de fleurette de chou-fleur toute mignonne, dont il faut également s’occuper, quotidiennement cette fois, mais qui préfère le lait à la farine, qui lui aussi fermente mais pour fabriquer… du lait fermenté! de quoi l’allier à sa doyenne dans de fantastiques aventures de cakes et muffins, ou la laisser évoluer à sa guise en lassis et smoothies…

mais disons que… ça commence à faire beaucoup de trucs qui fermentent dans des bols à la maison… je crains qu’on ne finisse par faire nos fromages à la cave… (mais heureusement, on n’a pas de cave…)

11 mai 2010
share on facebook


Un commentaire to pasta madre & co…

  1. C’est un peu comme si tu avais deux enfants à la maison en somme (le volume sonore en moins bien-sûr ! Avantage non négligeable au demeurant). ça fait des mois (des années maintenant) que ça me travaille cette histoire de levain, parce que je suis de moins en moins fan de la saveur de la levure, fut-elle des plus discrètes, qui s’invite parfois dans mes pains et mes brioches. Il m’arrive de faire de la biga. Depuis l’homme ne s’étonne plus de rien. Je crois que l’on est prêts. Après le voyage de noces, on s’y met !

  2. la pintade aixoise on 24 avril 2013

Leave a comment