Rencontre avec Alessia, photographe de scène à Milan

photographie de scène

Dans le monde de l’image qui est le nôtre et a fortiori depuis l’explosion d’internet, on s’habitue à voir tellement de contenus, et notamment d’images, qu’on en oublierait presque qu’il y a derrière l’écran quelqu’un qui travaille pour les créer et les rendre disponibles. Si dans mon travail je passe mon temps à batailler pour faire respecter le sacro-saint copyright auprès de gens qui sont pourtant des professionnels, je ne m’étonne pas d’entendre des utilisateurs lambda faire fi des droits d’auteur ou de reproduction et dire « on peut le prendre puisque c’est sur google » (sic). Au delà des questions de budget, je trouve dommage qu’on oublie trop souvent les gens derrière les textes et les images qui défilent. Du coup, j’aimais bien l’idée de faire intervenir ici quelqu’un qui, justement, travaille à la réalisation de ces images, quelqu’un dont le nom est généralement écrit en tout petit dans la presse et sur internet et sans qui, pourtant, on ne pourrait voir que les choses qu’on se déplace pour les contempler directement. C’est pourquoi je suis ravie de donner aujourd’hui la parole à Alessia Santambrogio, photographe de scène milanaise bourrée de talent et fondatrice du web-magazine Kairós !

photographie spectacle

Raconte-moi un peu ton parcours. Comment es-tu devenue photographe de scène ?

Tout a vraiment commencé il y a un peu plus de 4 ans, quand j’ai entendu parler du master de photographe de scène organisé par l’Académie de théâtre de la Scala. J’ai réussi à passer les sélections pour être admise et c’est en février 2011 que cette belle aventure a démarré avec la réalisation d’un rêve, d’ailleurs encore en devenir!

Je sais que tu as été auparavant photographe pour des mariages, des évènements, des portraits, des photos culinaires… Qu’est ce qui différencie la photographie de scène?

Chaque secteur a bien sûr ses propres particularités et j’ai eu avec le temps la possibilité de bien les explorer. Pour répondre à ta question, je peux te dire ce qu’est pour moi un photographe de scène en particulier: c’est une présence silencieuse et discrète qui doit s’insérer dans les dynamiques du spectacle sans y interférer, mais en en devenant dans un certain sens partie intégrante. Chaque cliché relève d’une tension émotive et d’une réflexion attentive, il faut savoir cueillir toutes les nuances d’un spectacle sans jamais quitter des yeux le cadre général. Être photographe de scène, c’est avoir sa propre vision artistique et réussir à la transmettre tout en sachant respecter les exigences de celui qui crée et met en scène l’œuvre. En fait, ça va au-delà de l’image capturée. C’est un gros travail de préparation au travers de parcours formatif et d’étude des formes d’art à immortaliser, c’est un désir d’élargir ses propres horizon et sa propre culture mais aussi un travail de manager pour grandir professionnellement et techniquement. Et, bien sûr, c’est un respect infini pour tous ceux qui travaillent dans le milieu du spectacle et pour le public. Pour résumer, je dirais que la photographie de scène c’est de l’art, de l’instinct, du professionnalisme et de la discipline.

alessia santambrogio photographe

J’imagine que pour faire des photos intéressantes et représentatives d’une œuvre il faut bien connaitre celle-ci. Tu t’y connaissais en ballet et en opéra avant de commencer? Comment fait-on pour prendre la photo au bon moment, pour capturer des instants aussi éphémères?

Bien avant de devenir photographe de scène, j’ai toujours aimé l’opéra et le ballet et j’en suis une spectatrice invétérée! Dès que je peux, je cours voir les spectacles en cours! J’admets que j’ai eu la chance d’être amenée au théâtre dès mon plus jeune âge, et ensuite la passion a grandit… J’ai aussi étudié le piano très tôt, depuis mes 3 ans, ce qui m’a rapprochée de la musique classique et a contribué à me faire aimer le ballet.

C’est difficile de répondre à la question « Comment fait-on pour prendre la photo au bon moment? »… Ce n’est pas quelque chose qu’on nous enseigne, c’est lié à la sensibilité de chacun… du moins dans mon cas, quand j’assiste à un spectacle, je sais à quel moment prendre une photo de façon instinctive mais ce n’est pas vraiment quelque chose que je peux rationaliser! Évidemment il y a des paramètres techniques dont il faut tenir compte et qui s’apprennent en étudiant beaucoup, c’est surtout vrai pour la danse. C’est quelque chose qu’il faut vraiment bien connaitre pour capter le moment où il faut « faire clic »!

alessia santambrogio photographe

D’un point de vue technique, j’imagine qu’il y a aussi de nombreuses contraintes. L’obscurité, le mouvement… comment est-ce possible de paramétrer l’appareil pour faire les photos alors que le spectacle continue d’avancer?! Parviens-tu tout de même à profiter du spectacle?

C’est une question d’expérience, de connaissance de l’appareil photo et des typologies de lumières utilisées dans la mise en scène.. ça demande une grande concentration et une attention dingue à tous les détails! Au début j’avoue que c’était vraiment compliqué, surtout parce qu’il m’arrivait (et ça m’arrive encore quelquefois!) de devoir photographier un spectacle sans avoir pu assister aux répétitions et en le découvrant pour la première fois! Difficile alors de capturer les moments les plus représentatifs! C’est pas mal d’angoisse mais aussi beaucoup de satisfaction quand on prend enfin le temps de revoir les images! Comme le disait Henri Cartier-Bresson: « Photographier c’est mettre sur la même ligne de mire la tête, l’oeil et le cœur. C’est une façon de vivre« . Je partage entièrement cette affirmation, c’est devenu une philosophie de vie!

alessia santambrogio photographe de scène

De nos jours, beaucoup de gens ont du bon matériel et se passionnent pour la photographie. Beaucoup rêvent d’en faire leur métier et certains sont même prêts à travailler pour des tarifs ridicules. Comment fais-tu en tant que pro pour faire la différence et faire valoir la valeur de ton travail?

Ça c’est une question difficile! C’est sûr qu’il faut pas mal de ténacité, et aussi la confiance dans le fait que le client comprendra la qualité majeure proposée par un vrai professionnel. Malheureusement ce n’est pas toujours le cas et les moments difficiles ne manquent pas! Il n’est pas suffisant de posséder un bon appareil photo pour devenir photographe, il faut beaucoup de travail, d’implication et aussi de talent pour entreprendre dans cette voie, comme dans toutes les autres d’ailleurs!

Tu travailles également pour Kairós, un très beau magazine en ligne sur le monde du spectacle à la fondation de laquelle tu as aussi participé. Tu nous racontes un peu?

Kairós Magazine est né en 2011 de la folle idée d’un groupe de photographes de scène, dont moi, qui ont décidé de faire une revue de spectacle d’un nouveau genre, réalisée par des photographes. Les débuts n’ont pas été faciles, aucun de nous n’avait jamais travaillé à la création d’un magazine, donc on ne savait pas trop par où commencer, mais en unissant les compétences de chacun, nous avons réussi à faire naitre un beau projet, suivi et reconnu à l’étranger et pas seulement en Italie. En plus d’y officier en tant qu’auteur, je m’occupe aussi de l’archive photo et de la révision de copies, c’est vraiment un projet passionnant auquel je crois beaucoup!

alessia santambrogio photographe milan

Quels sont tes souvenirs les plus intenses comme photographe de scène? As-tu quelque anecdote particulière à nous raconter?

Au théâtre, tout semble toujours magique! Aussi j’ai beaucoup de souvenirs très intenses liés à l’atmosphère particulière qui y règne… J’aime surtout les instants avant que la salle ne soit ouverte au public, quand le théâtre est encore vide, que les musiciens accordent leurs instruments… Le temps semble toujours traîner un peu, puis la rumeur du public qui s’approche enfle et au fur et à mesure que les spectateurs entrent, la frénésie reprend! Ce sont des moments vraiment particuliers qui me font toujours me sentir « au bon endroit au bon moment »!

En dehors de ton travail, est ce que tu fais beaucoup de photos? Quels sont tes sujets préférés?

Effectivement je me sépare rarement de mon appareil photo… elle fait partie de moi maintenant! J’ai toujours aimé les paysages et c’est avec eux que j’ai commencé. Des paysages déserts, avant de passer à des portraits de gens dans la rue. J’en ai fait beaucoup à Paris en 2008-2009 et une parti de ces photos faites ans les rues parisiennes fait partie de mon expo intitulée « Parigi: libera espressione » dans laquelle on trouve aussi de nombreuses photos d’artistes de rue. C’est amusant parce qu’à ce moment-là, je ne savais pas que j’allais devenir photographe de scène!

alessia santambrogio photographe de scène milan

alessia santambrogio photographe milan

Tu travailles à Milan et je sais que cette ville ne dédie pas toujours l’espace et les ressources nécessaires à la promotion de la culture. Comment tu ressens ça en tant qu’actrice de la promotion culturelle? Et en tant qu’artiste?

J’aime Milan, c’est une ville vraiment chère à mon cœur et j’espère qu’avec le temps les ressources allouées à la promotion culturelle puissent augmenter! En réalité il y a beaucoup de projets mis en œuvre pour la culture et le spectacle, mais on n’accorde souvent pas assez de soin à leur image et à la façon dont ils sont communiqués. Mais il me semble que ce n’est pas seulement un problème milanais, ça concerne l’Italie en général et Milan, en tant que ville innovante, fait déjà beaucoup. J’espère que tous les aspects se conjugueront au mieux dans le futur!

Pour finir par une question rituelle, quels sont tes endroits préférés à Milan?

J’aime beaucoup la zone de la Martesana et des Navigli, et encore plus la zone entre via Carducci, corso Magenta et via De Amicis, c’est mon endroit préféré pour me balader en ville et j’y croise toujours quelque chose de nouveau et d’inspirant! les plus belles idées viennent toujours quand on se promène!

Photos ©Alessia Santambrogio – www.alessiasantambrogio.com 

4 août 2015
share on facebook


No comments yet.

Leave a comment