une femme à lunettes et un homme sans chaussettes…

Que d’événements passionants cette semaine… la semaine de la mode à Milan déjà, ce qui veut dire des nanas de 2 mètres de haut à tous les coins de rue, et une quantité non négligeable de gens avec d’improbables et démentes chaussures… A ce bazar ambiant et perché se mèlent les journées du patrimoine, et les inévitables polémiques liées aux installations hier de l’artiste italien Maurizio Cattelan… Pour féter tout ça je suis allée voir « the september issue » au ciné jeudi soir, avant-première qu’ils disaient (mais euh, c’est moi ou ce film est sorti il y a 1 an dans le monde? pas encore en Italie sans doute… bizarre…)… et puis hier soir, inauguration en grande pompe et sous moult parapluies du « doigt » de Cattelan, doigt d’honneur géant placé par l’artiste sur la place de la Bourse de Milan… après un nombre incalculable de tergiversations censuré/pas censuré/le mettront/le mettront pas qui n’ont fait qu’accentuer la pub faite à l’événement…

Il dito, Maurizio Cattelan, Piazza degli Affari

Une heure et un spritz plus tard, seconde inauguration, toujours en grande pompe, de l’expo dédié à l’artiste au Palazzo Reale, juste à coté du défilé en plein air de piazza Duomo sous la pluie battante… avec une foule attendant sous la pluie de pouvoir rentrer voir les oeuvres… les hasards de la vie me faisant connaitre un ami de Cattelan, nous voilà passant devant tout le monde sous les regards mauvais des gens patientant et du personnel du Musée… s’ensuit une montée quatre à quatre des escaliers et une arrivée groupée dans la merveilleuse salle des Cariatidi, revétue pour l’occasion d’une immense moquette rouge et d’un parterre de gens agglutinés… devant la statue de cire du pape frappé par un météorite, oeuvre bien connue (et encore une fois polémique, son fond de commerce) de l’artiste.

salle des Cariatidi, Palazzo Reale

Jean-Paul

c’est passionant les inaugurations des fois, j’vous dis pas…


moi ce que j’ai préféré, ce sont les plafonds

Après des Oh! et des Ah!, nous voilà repartis sur les traces de Maurizio, l’homme sans chaussettes au visage de cire (ce type doit passer sa vie chez l’esthéticienne, c’est pas possible autrement) qui veut nous entrainer au Bar Basso, l’un des bars hype de Milan, pour boire des Negroni sbagliati toute la nuit… mais on ne doit pas etre assez jet-set, on a préféré rentrer dormir… (et puis on risquerait de prendre gout aux coktails chers et aux taxi… du coup on a opté pour l’option attente du tramway sous la pluie, tellement plus « peuple »…)

Et puis aujourd’hui, c’était les journées du patrimoine… ce qui ici ne veut pas dire grand chose… avec peu de musées publics, et des expos annoncées gratuites sur le programme qui ne le sont finalement pas (un classique milanais m’a-t-on dit…), mais qu’on va voir quand même parce qu’on a traversé la ville exprès… celle de Gabriele Basilico « Istanbul » au Palazzo delle Stelline (photographe dont j’ai déjà parlé ici) qui était vraiment chouette (et pas loin du bar De Santis repéré il y a un moment déjà et dont on n’avait encore jamais testé les panini) (le « delicato » au fromage de chèvre frais au vin et aux champignons est merveilleux) (corso magenta 9) (par contre si quelqu’un a une combine pour mettre en panne un haut-parleur diffusant du Laura Pausini à plein volume, je prends…)

Gabriele Basilico, Istanbul

Voili voilou, pour aujourd’hui c’est tout!

25 septembre 2010
share on facebook


No comments yet.

Leave a comment