Voyages en cuisine, le monde au bout de la fourchette!

sophia young

Il y a quelques années de cela, je vous parlais souvent de ma copine Sophia qui donnait des cours de cuisine à Milan (souvenez-vous de sa recette de tarte au citron, de ses brioches et de ses croissants!) Aujourd’hui, la belle est installée près de Paris où, à nouveau, elle distille gourmandises et conseils avisés à ses élèves, et propose dîners et évènements culinaires divers… J’ai voulu en savoir un peu plus sur sa nouvelle activité!

Après avoir été la francese à Milan, ça fait quoi de quitter l’Italie pour rentrer en France?

Ca n’a pas été si simple! J’ai vécu ce que les spécialistes appelle le choc du retour… Il y a eu pour moi l’immense tristesse de quitter l’Italie après 10 ans à Milan, et la difficulté en France de retrouver des repères après 15 ans de vie à l’étranger… D’autant que dans l’esprit de tous, je suis française, donc pas sensée être dépaysée! En réalité, je suis plutôt franco-américaine, et je me sens italienne dans l’âme! C’est aussi une richesse: j’aborde la France comme un pays à découvrir, à décoder, avec de belles surprises!

cours de cuisine Paris

Tes cours et diners se développent autour des saveurs découvertes lors de tes différents voyages et expatriations, tu nous expliques un peu?

Le fil rouge pour moi, c’est de « raconter » les cuisines du monde pour que chaque plat soit aussi un lien avec des personnes, des lieux. Chaque cours, ou chaque dîner, est l’occasion de partir en voyage vers des saveurs, des ingrédients et des rituels d’ailleurs. En 15 ans, j’ai souvent ressenti le besoin de rester connectée à tous les endroits qui ont été à un moment donné ma maison, alors j’ai mis dans mes valises des recettes qui étaient comme des baguettes magiques pour me rappeler ou célébrer une connection, un souvenir, me garantir de rester toujours proche des personnes et des lieux aimés. C’est ainsi que mes premiers Bagels sont nés à Singapour, ma première Tom Yom soup à Milan…Quelle joie ensuite de découvrir Kathay, sorte de mini Tang frères milanais, de retrouver le riz pour risotto Vialone Nano chez G. Detou à Paris… Ca aussi ça a son charme, traverser la ville pour trouver la perle rare, c’est déjà comme un voyage!

Tu proposes aussi des « voyages culinaires à la carte », qu’est ce que tu entends par là?

Le « voyage en cuisine« , c’est une expérience qui peut être décliné selon les envies: ça va du cours de cuisine thaï chez soi pour surprendre ses amis à la commande d’un buffet fusion pour une réception, ça peut aussi être un dîner italien de Noël porté directement a casa! Je propose aussi mes services aux entreprises pour du team building, pour apprendre à cuisiner en partageant un moment spécial. Le partage et les voyages, c’est un peu ma signature!

cours cuisine thai paris

La nouveauté cette année, c’est que tu organises aussi des supper clubs (=diners clandestins), qu’est ce que ça apporte en plus d’un point de vue humain?

Le Supper Club est une vraie expérience nouvelle car on ne connait pas le menu et on ne sait pas qui sera autour de la table. Ca demande un esprit curieux et gourmand parce qu’on tente une soirée qui sera différente d’un dîner au restaurant. C’est encore assez nouveau mais le concept plait et pique la curiosité, il faut oser!

Les concepts de cours de cuisine, de chef à domicile et de supper clubs sont bien plus développés à Paris qu’en Italie. Comment on se fait sa place sur un marché déjà bien fourni? Qu’est ce qui te différencie des autres déjà installés?

Mon approche est celle d’une gastro-nomade qui vient apporter ses expériences et son vécu en cuisine. Beaucoup de chefs ont finalement assez peu voyagé et ne sont pas toujours guidés par le souvenir des papilles, même s’ils sont irréprochable d’un point de vue technique. Ce que j’apporte c’est le geste, et des recettes authentiques et sans artifices. J’apporte autre chose, une expérience plus personnelle, plus éclectique. Nous parlons de cinéma, de souvenirs, des habitudes observées sur place… Et aussi, je vais à l’esssentiel, je ne fais pas d’esbrouffe!

Tu donnes aussi des cours à l’Atelier des sens, j’imagine que c’est là aussi une autre dimension de ton travail, tu n’es plus dans une cuisine familiale et le rapport aux élèves doit être différent? Comment fais-tu pour y recréer une ambiance chaleureuse, en somme le « truc » qui a fait le succès de tes cours à Milan?

Mon partenariat avec l’Atelier des Sens est riche: l’équipe d’intervenants est éclectique, chaque chef arrive avec son histoire et chacun peut y trouver l’approche et la personnalité qui lui convient. De ce fait, chaque expérience est très différente. Moi, je reste moi-même, passionnée, contagieuse, je transmets mon savoir-faire avec ma touche voyageuse et les clients sont sensibles à cette dimension. Lors du cours de Thanksgiving l’année dernière, le jour de la fête américaine, j’ai invité les participants à se tenir la main au centre de l’atelier à la fin du cours, devant une dinde somptueuse et le gratin de patates douces, et chacun a dit « merci » pour une chose dans sa vie ce jour là… Un vrai Thanksgiving comme on l’aurait fait dans une famille américaine ou entre amis! Ils étaient ravis!

sophia young cuisines du monde paris

J’ai vu que tu as aussi ajouté à ton calendrier de nouveaux cours sur la cuisine italienne, raconte-moi tout!

Oui, maintenant que je suis en France, je raconte l’Italie! Là encore, il ne s’agit pas d’une cuisine « de restaurant » mais de recettes que j’ai apprises là-bas. On fait des gressins, du risotto, du tiramisù, j’explique les bases du soffritino oignon/carottes/céleri, on prépare du ragù ensemble et c’est de la culture italienne qui passe dans les plats élaborés pendant le cours. Les participants apprennent aussi des mots, des expressions qui les ravissent et complètent le sentiment d’immersion!

Que dirais-tu à mes lecteurs parisiens pour leur donner envie de participer à l’un de tes cours, ou de t’appeler pour leur concocter un dîner?

J’ai envie de dire: »Embarquement immédiat »! Pour l’Italie qu’ils découvrent au travers de ton blog, ou ailleurs! Le temps d’un cours, d’un dîner, découvrez le Kerala, Bangkok ou la Sicile!

voyages en cuisine sophia young

Pour finir, qu’est ce qui te manque de l’Italie, culinairement parlant? Quelles sont les bonnes adresses milanaises dont tu n’as pas retrouvé l’équivalent?

L’Italie me manque tout court, surtout les trattorie qui servent la tagliata con la rucola ou la pasta del giorno que l’on sait délicieuse et fraîchement préparée, le cappuccio fatto bene, la foccacia calda et le pane carasau… Le marché de viale Papiniano aussi, et son vendeur d’olives et de morue fabuleux. Les panini faits sur mesure, sans broncher et avec soin les bars de quartiers.  Et puis mes adresses de toujours: le ristorante Al Porto où le poisson est parfait, l’osteria Muciaccia et sa cuisine des pouilles, le café (mon café!) Morimondo sur via Marghera avec ses gnocchis du vendredi et ses amaretti maison… Arrêtez moi! Ah, non, j’oubliais, il y a aussi les chiacchiere de la pâtisserie de corso Magenta… Je pars demain pour New-York mais ma prochaine destination sera sans doute Milan pour retrouver tout ça!

Merci Sophia! (Moi, je pars la retrouver bientôt à Paris (même qu’on va faire des cronuuuts!), mais vous qui n’avez pas cette chance, je ne peux que vous recommander vivement ses cours, ses fabuleux plats et sa pétillante compagnie (et aussi ses lasagnes aux épinards, sa salade de parmesan et à la grenade, ses boulettes de poissons et son chili!))

Voyages en cuisine – Sophia Young – Saint Germain en Laye  (photos ©Alessia Santambrogio)

24 mars 2014
share on facebook


No comments yet.

Leave a comment