à toute berzingue…

Je ne sais pas vous, mais moi, j’adore le monde des transports… (à part l’avion parce que j’ai peur, par contre je ne suis pas contre les voyages à l’hellium, c’est vous dire si je ne suis pas une mauviette) J’adore le train par exemple (même si ce n’est plus franchement économique)(et que les gens dedans on dirait tout le temps que c’est la première fois qu’ils voyagent tellement ils sont pénibles)(et que les gens au guichet sont pas toujours compétents)… quand même, j’aime bien… ça va avec l’idée du voyage, le paysage qui défile, le sandwich dans le papier d’alu, la valise trop lourde à hisser, l’odeur de cigarettes qui flotte entre les compartiments… la mine patibulaire des douaniers, les petits vieux qui voyagent avec une bouteille de jus de fruit en réalité remplie de vin (vécu), les journaux en allemand qui trainent dans le Paris-Munich… et puis la nuit, les couchettes toutes petites, le lavabo de poche et son miroir taché de dentifrice le matin, le croissant qu’on vous amène quand vous voyagez en première classe, et les micro-ampoules qui n’éclairent rien auxquelles on s’agglutine pour lire…

Le bus aussi j’aime bien… les bus régionaux, comme ceux que je prenais matin et soir pour 3/4 d’heure quand j’allais à l’université, et dans lequel moult livres ont été dévorés… celui de nuit le samedi soir, qui ramenait les fétards un peu vaseux et obligeait le chauffeur à secouer quelques endormis au terminus… et puis les bus de voyage, l’improbable Eurolines Metz-Milan nocturne à un prix défiant toute concurrence, les arrêts aux stations-service suisses, les distributeurs de café en panne, le voisin qui ronfle, celui qui a décidé de manger de la paëlla en pleine nuit (vécu aussi), celui qui est malade, et puis les passagers endormis et le bus qui file sur les routes suisses enneigées… et aussi ce chauffeur qui se fait arréter pour avoir fait du 140 dans un tunnel limité à 70, les passagers qui le défendent parce qu' »on avait du retard » et ma décision d’arréter ce mode de transport plus qu’aléatoire…

Le tramway aussi c’est chouette, du moins celui de Milan… (le vieux en bois, pas le nouveau en plastique vert qui sent mauvais) (même qu’un jour je suis tombée dans les pommes dedans) (et bien qu’on m’ait trouvé 9 de tension aux urgences, on ne m’otera pas de l’idée que c’est l’odeur du tram vert qui m’a fait me sentir mal…) Ah, les bancs en bois, les plafonniers comme chez mémé, les poignées en cuir pour se retenir en cas de chute, les brusques coups de frein et les étincelles aux carrefours, le chauffeur qui doit descendre de temps en temps pour aiguiller son tram sinon ça coince, et puis la cloche qui fait office de klaxon… Et puis les mystérieux dépots dont l’entrée est interdite (même si j’en ai déjà vu un ouvert, un soir tard en rentrant d’une fête, j’y ai même fait une photo(floue) mais je ne sais plus où c’était…), et qui seront ouverts au public exceptionnellement les 2 et 3 octobre (youpi youpi)…

Mais le métro…euh…comment dire… bof… celui de Milan est particuliérement triste, avec des plafonds bas même pas voutés et des couleurs marronasses… du coup je ne le prends presque jamais (sauf quand le Mec est fatigué et au bord de l’inanition pour n’avoir pas mangé depuis au moins deux heures) (et vu qu’en plus il est pas rapide, et a des fréquences aléatoires (le métro, pas le Mec!), ça va souvent plus vite à pieds…)

Mais avant-hier, en faisant une recherche sur les fameuses portes-ouvertes citées plus haut, je suis tombée sur le jeu « conduire le métro »… l’idée? conduire un véhicule de la ligne 3 de Maciachini à San Donato en respectant horaires et limitations de vitesse… l’ennemi? le stress des milanais, prompt à s’élever en flèche au moindre retard, au moindre coup de frein intempestif… pas si simple…
développé par un certain Alberto Zanot, le jeu à présent disponible sur le site même d’ATM (l’Agence des transports Milanais)… amusant non?

Résumé des règles de conduite en français:
-en bas de l’écran, le parcours, avec en gris les zones sujettes à des limitations de vitesse particulières.
-en haut, la station de métro suivante, qui passe de rouge à verte quand le point d’arret est atteint.
-à droite, la manette de commande, qui vers le haut commande l’acceleration, vers le bas le freinage.
-et puis deux boutons à droite: celui de gauche ouvre et ferme les portes, celui de droite actionne la sirène qui précède les mouvements de porte.
-et puis divers indicateurs, donnant le nombre de passagers, le retard, le temps avant de parvenir à la station suivante, les limitations de vitesse et le stress des passagers…

et pour les enfants (bon, pour vous en réalité, mais approchez les enfants comme alibi si vous en avez sous la main), un jeu plus basique, où vous devenez chauffeur de tramway milanais, aux manettes d’une Carrelli 1500 Special, devant éviter sur son parcours pierres, statues, panneaux de signalisation et sacs de sable, tout en esquivant les attaques de hiboux ,et m ême de soucoupes volantes (!), venues du ciel… (je précise que les trams milanais ne sont à ma connaissance en réalité pas équipés d’armes de dissuasion de ce type)

-touche A pour viser en haut, Z pour viser en bas
-flèches vers le haut ou le bas pour orienter le tir
-touche P pour faire pause

22 septembre 2010
share on facebook


No comments yet.

Leave a comment