les livres de février…

IMG_0718

on a pas mal de retard à rattrapper pour parler lectures (je dis on, je sais bien qu’il ne s’agit que de moi, mais l’usage d’un pronom collectif me déculpabilise partiellement…) Alors, qu’ai-je lu d’intéressant derniérement?

Tout d’abord Piège pour Cendrillon de Sebastien Japrisot, dont j’avais déjà vanté l’excellentissime fille dans l’auto… ici, il est question d’une fille qui se réveille amnésique à l’hopital après avoir subi une greffe de peau… non seulement elle ne sait plus qui elle est, mais son entourage n’est pas certain de le savoir non plus… un roman à trappes… quand on croit avoir deviné et que, blasé, on reluque avec une pointe d’ironie le nombre de pages restant avant la solution que l’on croit avoir devancé, tout se retrouve inversé et on n’est à nouveau plus sur de rien…

Autre bon livre, mais là je n’aurais pas cru qu’il puisse en être autrement vu l’auteur, Le général dans son labyrinthe de Gabriel Garcìa Màrquez… la fin mi-reconstituée, mi-inventée, du général Bolivar quittant Bogota et le pouvoir pour s’en aller mourir dans un ailleurs qui ne parviendra pas à être tout à fait un exil… une vivacité d’écriture qui nous fait vite oublier qu’il s’agit là d’un livre historique, sans pour autant atteindre la fantaisie de L’automne du patriarche, qui met lui aussi en scène un dirigeant déchu… caution biographique oblige, tous les faits sont ici plausibles, mais ce dernier voyage du général étant la partie de sa vie la moins documentée, l’histoire laisse tout de même place à l’imagination…

On reste en Amérique du Sud avec Mario Vargas Llosa, auteur péruvien dont j’avais aimé La tante Julia et le scribouillard. La nouvelle Les chiots, sorte de conte moderne à la fois tendre et cruel, suit le parcours d’un groupe d’adolescents de l’école à la vie d’adulte. Une sorte de satire sociale qui dénonce, par le biais du passage cruel de l’innocence enfantine à la réalité, une société qui ne laisse pas de place aux plus faibles…

Autre genre, autre continent mais toujours en littérature hispanophone, Cosmofobia de Lucìa Etxebarria m’a un peu déçue du point de vue de l’écriture, mais non du point de vue de l’histoire… ou des histoires, devrais-je dire plutot… j’ai aimé ce « portrait » de Madrid par ses habitants, leurs travers, leurs déséquilibres et leur variété en général, la singularité de leurs histoires ne faisant que mettre en évidence leur caractère universel… (je ne suis pas certaine que cette phrase veuille réellement dire quelque chose, mais disons que je me comprends)

Changement de cap avec Le livre de Rachel d’Esther David, qui nous emmène en Inde, auprès d’une femme qui vit seule, veille sur une synagogue abandonnée et puise dans les traditions religieuses et la cuisine familiale la solution des épreuves de la vie. Un roman émaillé de recettes aux saveurs de noix de coco et de curcuma, avec un plat pour chaque occasion, pour les retrouvailles, les tentatives d’entremetteuse de Rachel qui souhaite marier sa fille, les rendez-vous d’affaires où il faut amadouer ou convaincre… en filigrane, la peinture d’une condition féminine qui, bien que disposant de peu de pouvoir, se soumettant aux lois familiales, aux hommes et à la tradition, trouve dans l’exercice et la gestion des activités domestiques un véritable pouvoir décisionnel… ou quand cardamone et piments verts deviennent les armes d’une émancipation réussie…

Et pour finir, Cartes sur table… il y avait bien longtemps que je n’avais pas lu un livre d’Agatha Christie… bien 10 ans je crois! (voilà qui ne nous rajeunit pas…) j’en avais oublié qu’Hercule Poirot était belge, c’est vous dire! et puis voilà que je tombe sur ce livre, que je l’ouvre sans grande conviction… une histoire de partie de bridge qui a mal tourné, et dont aucun des participants n’a la concience bien nette… le tout commence à m’intéresser… 4 enquêteurs pour 4 suspects, voilà qui semble bien assez…  des personnages disparates, une dame de compagnie, un médecin, une romancière, une nymphomane et même un agent secret…  au final tout le monde semble coupable, on se croirait dans ces Maigret où tout le monde a quelque chose à cacher et toise son voisin au travers des rideaux amidonnés… heureusement, Hercule Poirot est là et, d’impériale d’autobus en magasin de lingerie et grâce à une paire de dessous chics, trouvera la clef de l’énigme! (si avec ça je ne vous ai pas donné envie de le lire!)

10 mars 2011
share on facebook


9 Comments to les livres de février…

  1. Celui qui me tente le plus dans ta sélection, c’est le prix nobel de littérature.
    Tu as été très lectures européennes durant ce mois de février (et en fait j’ai rien à dire, j’ai pas lu ce mois-ci, quelle honte!) !

  2. Mnêmosunê on 10 mars 2011
  3. @Mnêmosunê: la nouvelle en question est tirée du recueil « les caids »… pas seulement européennes mes lectures… (ou alors je suis vraiment larguée et le Chili et la Colombie ont été intégrés? ;)…)
    @L’apprentie: et tu seras surprise par le dénouement… 😛

  4. flou on 10 mars 2011
  5. Merci encore pour ces conseils de lecture. Je note l’ensemble précieusement, même si je lis (très) lentement, j’ai déjà hâte de lire TOUS les livres de cette liste.

    D’ailleurs, grâce à toi, j’ai commencé « La Femme du dimanche ». Il me reste environ 1/4 du livre à lire mais je n’ai toujours aucune idée de la chute. Frustrant et excitant !

  6. L'apprentie on 10 mars 2011
  7. Je retiens surtout piège pour Cendrillon 😉 Ca a l’air vraiment pas mal!

  8. Emilie on 11 mars 2011
  9. Le livre d’Esther David me tente bien 🙂 merci!

  10. sextoy on 11 mars 2011
  11. Merci pour cet article très intéressant je le twitt de suite pour le partager avec mes amies

  12. stickers ongles on 11 mars 2011
  13. Je n’ai pas lu les deux premiers, je vais donc t’emboiter le pas (quand j’aurais terminé ceux qui m’attendent…)

  14. Océane on 13 mars 2011
  15. Cartes sur table, j’ai beaucoup aimé! En même temps j’adore Agatha Christie, dans ses bouquins on sait ce qu’on va trouver et on est jamais déçu je trouve. Bises, et très jolie nouveau blog! 🙂

  16. Sonia on 19 mars 2011
  17. Je mets « Les Chiots » sur ma liste. Le Général dans son Labyrinthe est un des rares G.G.M. que je n’ai pas lu, bonne occasion de retrouver cet auteur de mon adolescence.

  18. liseron on 9 avril 2011

Leave a comment